Une nouvelle asso progressiste attendue «de pied ferme»

Jérémie Bédard-Wien, porte-parole de l'ASSE, fait un rapprochement... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Jérémie Bédard-Wien, porte-parole de l'ASSE, fait un rapprochement entre les carrés verts, le MESRQ et le projet d'association étudiante nationale de Danick Bonnette.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

David Rémillard
Le Soleil

(Québec) Les associations étudiantes nationales attendent «de pied ferme» le mouvement de Danick Bonnette, cet étudiant de 22 ans du Collège Ahuntsic qui souhaite créer une nouvelle association étudiante nationale faisant contrepoids aux carrés rouges d'ici le Sommet sur l'enseignement supérieur en février.

Les représentants étudiants n'attendent que des preuves et ont bien hâte de voir Danick Bonnette donner plus de détails sur le mouvement aux «idées progressistes» qu'il souhaite mettre en place de «façon permanente».

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), qui avait ouvert ses structures pour former la CLASSE lors du conflit étudiant, est directement visée par le projet. «On veut créer une certaine opposition à l'ASSE», avait déclaré Dannick Bonnette au Soleil la semaine dernière.

«On a bien hâte de voir ce qui va sortir de toute cette affaire. On l'attend de pied ferme», a répliqué Jérémie Bédard-Wien, porte-parole à l'ASSE. Ce dernier est plutôt sceptique quant à l'effervescence autour du projet de nouvelle association nationale. «Ça prend une véritable volonté, des votes de plusieurs milliers de personnes. Ça semble être un one-man show

L'ASSE fait un rapprochement entre le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec (MESRQ), soit les carrés verts (prohausse) et le projet d'association étudiante nationale. M. Bonnette s'est d'ailleurs servi du MESRQ comme «brouillon» pour la mise sur pied du nouveau mouvement. «Nous, on se demande si ce ne serait pas une nouvelle incarnation [du MESRQ] ou la Fondation 1625, des initiatives qui n'ont pas donné grand-chose», a ajouté M. Bédard-Wien.

Scepticisme partagé

Même scepticisme à la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ). «Je ne voudrais pas être présomptueux par rapport au travail de Danick, [mais] on ne peut pas dire que l'association va être créée cet hiver», a déclaré Nicolas Groulx, responsable des communications de la FECQ.

Il croit qu'il serait plus réaliste qu'elle voit le jour «dans un an ou deux». La formation d'une association nationale est trop complexe selon lui pour se concrétiser aussi rapidement. Danick Bonnette dit travailler sur son projet depuis sept mois.

M. Bonnette affirmait que des associations étudiantes ont déjà manifesté leur intérêt pour son projet et évaluait à 25 000 les membres potentiels dès la création du mouvement. La grande question que se posent les associations étudiantes questionnées est «qui sont-ils?»

Des réponses que n'a pu donné M. Bonnette au Soleil joint de nouveau la semaine dernière. Il a toutefois affirmé qu'une conférence de presse aurait lieu dans les prochaines semaines pour présenter le mouvement. Dans le meilleur des mondes, l'association serait lancée avant le Sommet sur l'enseignement supérieur, prévu à la fin du mois de février.

M. Bonnette a évoqué «qu'un cégep de la région de Québec» était intéressé à s'affilier à son mouvement, sans le nommer.

La Fédération étudiante universitaire du Québec n'a pas commenté et ne le fera que lorsque l'association étudiante verra le jour. Selon nos infos, l'association nationale se nommerait Mouvement pour l'avenir de l'éducation au Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer