Abolition de la limite d'échecs à l'examen de français: Line Beauchamp satisfaite

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, semble s'amuser... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, semble s'amuser ferme avec des élèves de l'école primaire du Châtelet, dans le secteur Charlesbourg, où elle s'est rendue pour souligner la rentrée scolaire.

Le Soleil, Yan Doublet

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil

(Québec) La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, approuve la décision des universités d'abolir la limite de quatre échecs à l'examen de français que les futurs professeurs doivent passer avant de pouvoir enseigner.

Selon la ministre, l'accent ne doit pas être mis sur un nombre limite d'échecs, mais sur l'aide apportée aux étudiants qui échouent à l'examen.

«L'important, pour moi, c'est quoi? C'est que l'enseignant ait réussi son examen et que je sois sûre qu'une fois qu'il est dans la classe, c'est parce qu'il a réussi cet examen de français», a dit Mme Beauchamp au Soleil, mardi, en marge d'une visite à l'école primaire du Châtelet, à Québec.

«Si quelqu'un l'a échoué une fois [l'examen], poursuit-elle, il faut qu'il y ait toutes les ressources mises en place pour qu'il le réussisse.»

La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) a adopté le 6 mai une résolution pour abolir la limite de quatre tentatives au Test de certification en français écrit pour l'enseignement (TECFEE), que les futurs enseignants sont obligés de réussir depuis l'automne 2009.

Vers la fin juillet, début août, indique Bernard Garnier, président du comité des affaires académiques à la CREPUQ et vice-recteur aux études de l'Université Laval, un sous-ministre adjoint à l'Éducation a écrit à la CREPUQ afin de lui signifier que, «globalement, la ministre [Beauchamp] était d'accord» avec le retrait de la limite du nombre d'échecs.

Avec la décision de la CREPUQ, les étudiants en enseignement ne risquent plus l'expulsion du programme après quatre échecs à l'examen, dont le seuil de réussite demeure à 70 %. Mais ils ne peuvent pas s'inscrire à leur troisième stage s'ils ne l'ont pas encore réussi.

Un étudiant ne peut cependant pas passer un cinquième test sans obtenir l'autorisation de son directeur de programme. Il doit d'abord satisfaire aux mesures qu'on lui a imposées, «par exemple, un cours ou deux cours obligatoires de français, dépendant de ses lacunes», précise Bernard Garnier.

«Il faut qu'il y ait une réaction de la part de l'université, de la part des facultés d'éducation, pour dire : bien, si t'as échoué ton examen de français pour devenir enseignant dans le réseau québécois, on doit t'accompagner, te donner les bons outils, la bonne mesure, pour que tu sois capable de le réussir», souligne la ministre Beauchamp.

Pas de statistiques pour l'ensemble de la province

La CREPUQ ne dispose pas encore de statistiques pour l'ensemble de la province sur la réussite de l'examen de français. À l'Université de Montréal, 62 % des étudiants ont réussi le test dès leur première tentative, 86 % à la deuxième, 96 % à la troisième et 99 % après quatre fois, selon des chiffres compilés par l'institution.

À l'Université Laval, il n'a pas été possible d'obtenir des statistiques aussi précises. Le doyen de la faculté de l'éducation, Marcel Monette, nous a néanmoins indiqué qu'après quatre tentatives, 98 % des étudiants au programme d'enseignement primaire avaient réussi l'examen. Ainsi, 2 % d'entre eux auraient eu besoin d'au moins une cinquième reprise pour y arriver.

Le 8 septembre, indique M. Garnier, la CREPUQ, le ministère de l'Éducation et le CEFRANC, l'organisme qui gère l'examen de français, doivent signer un protocole reflétant les nouvelles modalités de cet examen pour les futurs enseignants. Dès la semaine de la rentrée, les étudiants qui l'échouent quatre fois ne seront donc plus expulsés du programme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer