Apprentissage de l'écriture: un remue-ménage s'impose

Selon une étude québécoise, le double apprentissage du... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Selon une étude québécoise, le double apprentissage du script puis de l'écriture cursive est contre-productif.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Règle générale, les petits Québécois apprennent d'abord à écrire en script avant d'apprendre à lier leurs lettres un ou deux ans plus tard. Or les élèves qui apprennent à écrire en lettres attachées dès la première année du primaire améliorent davantage leur orthographe et leur syntaxe, conclut une des premières études québécoises réalisées sur le sujet. De quoi remettre en question le «double apprentissage», jugé contre-productif.

Ces conclusions sont tirées d'une recherche réalisée auprès de 718 élèves de deuxième année, menée par les professeures Marie-France Morin, de l'Université de Sherbrooke, Natalie Lavoie, de l'Université du Québec à Rimouski, et Isabelle Montesinos Gelet, de l'Université de Montréal.

L'étude a d'abord permis de confirmer le lien entre le geste d'écriture et les performances en orthographe, puisque les élèves qui ont de l'aisance à écrire sont généralement meilleurs en orthographe. «Ceux qui maîtrisent le geste d'écriture peuvent mettre plus d'attention et d'énergie dans l'orthographe, tandis que les enfants qui n'ont pas automatisé le geste d'écriture ont des capacités rédactionnelles et orthographiques limitées», explique Mme Morin, qui est titulaire de la Chaire de recherche sur l'apprentissage de la lecture et de l'écriture chez le jeune enfant. D'où l'importance de s'intéresser à l'apprentissage de l'écriture, qui peut avoir un effet sur la maîtrise du français, ajoute Mme Morin.

Pour réaliser cette étude, l'équipe de Mme Morin a formé trois groupes d'élèves. Il y a d'abord ceux qui ont appris à écrire en script (lettres détachées) en première année et qui apprennent ensuite l'écriture cursive (lettres attachées) en deuxième année, cette pratique étant la plus répandue dans les écoles du Québec. Les élèves du deuxième groupe ont appris à écrire seulement en script alors que ceux du troisième groupe maîtrisent seulement l'écriture cursive.

En analysant les textes des élèves à différents moments pendant l'année scolaire, les chercheurs ont conclu que les élèves qui réussissent le mieux en orthographe sont ceux qui ont appris à écrire seulement en lettres attachées. À l'inverse, ceux qui ont appris à la fois le script et l'écriture cursive progressent le moins rapidement.

Sur le plan de la syntaxe, seuls les élèves qui écrivent en liant leurs lettres ont démontré une progression dans leurs apprentissages en cours d'année. «Ça m'a étonnée, lance Mme Morin. En deuxième année, les enfants devraient progresser, du moins un peu, sur cette compétence de la langue écrite.»

En matière d'habiletés graphomotrices (vitesse et qualité d'écriture), les chercheurs n'ont toutefois pas observé de grandes différences. Dans les trois groupes, les enfants s'améliorent et écrivent des textes plus longs.

Selon le programme de français du ministère de l'Éducation, l'apprentissage du script et de l'écriture cursive doit se faire entre la première et la quatrième année du primaire. Or à la lumière de ces résultats, les chercheurs concluent qu'il faut plutôt choisir entre script et cursive. «Quand l'enfant change d'écriture en deuxième année, ce n'est pas optimal. On ne peut pas dire qu'après une année scolaire, l'enfant maîtrise le geste d'écriture, et en deuxième année, il passe à un autre type d'écriture. Ça fait en sorte que son attention est constamment portée sur cette facette de l'écriture qui n'est finalement pas importante. On veut que l'enfant pense davantage à l'orthographe, à la syntaxe, aux idées à transmettre. On ne veut pas qu'il passe ses années scolaires à apprendre comment il doit former ses lettres», explique Mme Morin.

L'influence du contexte

Même si les élèves qui ont appris à écrire seulement en lettres attachées sont nettement meilleurs en orthographe et en syntaxe, Marie-France Morin hésite toutefois à recommander l'apprentissage de l'écriture cursive en première année, dans toutes les écoles du Québec.

«On peut dire que l'écriture cursive a un petit plus. Mais parfois, le contexte change d'une école à l'autre, le bagage de certains enseignants peut être différent», dit-elle, refusant de condamner l'apprentissage uniquement en script.

Mais peu importe la manière d'apprendre à écrire, l'important reste de pratiquer le plus souvent possible, souligne la professeure. «Les enfants auraient avantage à écrire plus en classe au début du primaire. Généralement, ils passent plus de temps à lire et à écrire des mots plutôt qu'à l'écriture de textes continus. Mais c'est en écrivant qu'on devient un bon scripteur», rappelle-t-elle.

Il a été impossible hier d'obtenir les commentaires du ministère de l'Éducation à ce sujet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer