Horaire allégé pour employés en fin d'année scolaire

Quatre entreprises se sont engagées à réduire l'horaire... (Photothèque La Tribune)

Agrandir

Quatre entreprises se sont engagées à réduire l'horaire de travail des employés qui en font la demande afin de les aider à conjuguer boulot et études.

Photothèque La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le compte à rebours est commencé pour des milliers d'élèves qui termineront bientôt l'année scolaire. Afin de leur permettre de mieux réussir leurs examens, quelques entreprises de Québec s'engagent à alléger leur horaire de travail, une première dans la région.

La Commission scolaire des Premières-Seigneuries (CSPS), qui couvre l'est de la capitale, s'est associée à quatre entreprises du secteur afin d'encourager les élèves à faire de leurs études une priorité. «On s'est rendu compte que le travail pouvait nuire aux résultats de nos élèves, particulièrement en fin d'année scolaire, affirme Serge Pelletier, directeur général à la CSPS. On voulait envoyer un message clair parce qu'on voit des jeunes qui ne font pas toujours des études une priorité. On est donc allé chercher des employeurs qui étaient déjà sensibilisés à l'importance des études; on n'a pas eu à leur mettre de pression pour qu'ils acceptent.»

Ces entreprises s'engagent à réduire l'horaire de travail des employés qui en font la demande afin de les aider à conjuguer boulot et études. «Des fois c'est difficile, mais on fait de notre mieux pour leur donner le plus de chances possible. Le plus important, ce sont leurs études. S'ils ne réussissent pas, c'est nous aussi qui allons être perdants», affirme Alain Dubuc, directeur du Metro Plus Charlesbourg.

Un employé supplémentaire a été embauché en juin pour permettre à d'autres jeunes du secondaire de réduire le nombre d'heures travaillées en cette période d'examens, indique-t-il.

S'adapter à l'horaire des jeunes

À la Rôtisserie St-Hubert de Beauport, la majorité des employés qui fréquentent l'école secondaire réduisent leur nombre d'heures travaillées en juin pour avoir davantage de temps pour étudier. «On s'adapte à leurs disponibilités. Si jamais on manque de gens pour travailler, on va engager d'autres employés», indique la directrice générale, Josée Lessard. Dans ce restaurant, le tiers des employés n'ont pas terminé leurs études secondaires.

Pour mettre sur pied cette initiative, la commission scolaire a contacté six employeurs de la région. Quatre ont accepté de participer. Les autres se sont dit d'accord avec le principe, mais ont affirmé que des problèmes de recrutement ne leur permettaient pas de réduire les horaires de leurs employés aux études.

Serge Pelletier espère bien convaincre davantage d'employeurs l'an prochain. Ce n'est qu'un début, promet-il.

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer