Écoles anglophones : manuels scolaires en retard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Depuis l'arrivée de la réforme, le manque de manuels scolaires à la rentrée a souvent défrayé la manchette. Mais les retards sont encore plus importants dans les écoles anglophones, une situation que dénoncent les enseignants.

À la Central Quebec School Board, on ne s'étonne plus des retards. «C'est toujours plus long dans le réseau anglophone. Habituellement, ça prend deux ans avant que les nouveaux manuels soient traduits en anglais», indique Marielle Stewart, directrice des services éducatifs. En deuxième et troisième secondaires, les nouveaux manuels de mathématiques ne sont toujours pas disponibles dans la langue de Shakespeare, alors que la réforme est maintenant en oeuvre en quatrième secondaire.

Traduction

Plutôt que d'être autorisés de façon simultanée, les manuels sont d'abord approuvés en français avant d'être traduits en anglais, ce qui explique le retard, indique-t-on au ministère de l'Éducation. Une façon de faire que déplore l'Association provinciale des enseignants du Québec, qui a fait parvenir une lettre à la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne. Même si son président, Serge Laurendeau, reconnaît que des progrès ont été faits, il reste encore beaucoup à faire, affirme-t-il.

Cette année, les enseignants peuvent compter sur deux versions préliminaires des manuels d'histoire et de mathématiques de quatrième secondaire. Mais les guides de l'enseignant ne sont toujours pas disponibles et les manuels d'éthique et culture religieuse, inexistants.

«Pour que tous ces problèmes soient réglés de façon permanente, leur résolution rapide s'impose. Nous vous demandons de prendre les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes non réglés», peut-on lire dans la missive envoyée à la ministre Courchesne.

Au cabinet de la ministre de l'Éducation, l'attaché de presse Jean-Pascal Bernier indique qu'un comité a été récemment créé pour s'attaquer à ce problème. «Déjà, il y a des améliorations cette année et on essaie de trouver des solutions à long terme», dit-il.

Environ 100 000 enfants fréquentent le réseau scolaire anglophone au Québec, ce qui représente  11 % de tous les élèves du primaire et du secondaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer