Des performances saluées au théâtre

En septembre, Robert Lepage est revenu à la... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

En septembre, Robert Lepage est revenu à la maison (plutôt littéralement...) avec sa création 887, inspirée de ses souvenirs d'enfance sur l'avenue Murray.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec)      

Robert Lepage en deux temps

Au Trident, l'hiver et l'automne 2016 ont été marqués par des performances saluées de Robert Lepage. En janvier, l'homme de théâtre s'est illustré dans son interprétation du marquis de Sade dans la pièce Quills de Doug Wright, une réflexion pour le moins corsée sur la censure et la liberté d'expression.

En septembre, Lepage est revenu à la maison (plutôt littéralement...) avec sa création 887, inspirée de ses souvenirs d'enfance sur l'avenue Murray. Autour d'un modèle réduit de l'immeuble qui l'a vu grandir et qui se transforme au gré du récit, le dramaturge a élaboré d'ingénieuse manière un voyage touchant au coeur de la mémoire personnelle et collective, qui a résonné d'autant plus fort à un jet de pierre des lieux qui l'ont inspiré.

Double malchance au Carrefour

Décidément, les festivaliers du Carrefour international de théâtre n'étaient pas dus pour voir le spectacle Murmures des murs de Victoria Thierrée-Chaplin... Les plus superstitieux pourraient presque y voir une malédiction: après avoir été forcée d'annuler les représentations l'an dernier pour cause de blessure de l'interprète Aurélia Thierrée, l'organisation a dû une nouvelle fois déclarer forfait en 2016. Cette fois, une grève dans le secteur des transports en France allait priver la production de ses décors, coincés au port de Marseille.

L'équipe du Carrefour - qui n'a quand même pas été en reste avec le succès de la pièce Cendrillon de Joël Pommerat ou le toujours aussi couru parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant...?, notamment - tentera-t-elle sa chance une troisième fois? À suivre!

Du mouvement en coulisses

Si les choses ont bougé sur les planches de la capitale dans la dernière année, il y a aussi eu de l'animation en coulisses, alors que trois théâtres ont changé de patron. Entre la direction du Conservatoire d'art dramatique et celle de La Bordée, Michel Nadeau (qui assurait l'intérim au Conservatoire) et Jacques Leblanc ont en quelque sorte échangé leurs chaises respectives. Du côté du Périscope, Marie-Hélène Gendreau a succédé à Frédéric Dubois (recruté par l'École nationale de théâtre) à la coordination artistique.

À l'aube de sa 30e saison, le théâtre jeunesse Les Gros Becs a vu Louise Allaire, sa directrice artistique des deux dernières décennies, le quitter pour de nouveaux projets. Les six compagnies membres reprendront le flambeau, avec Jean-Philippe Joubert comme délégué artistique.

Un hommage touchant... juste à temps

Dans le rôle-titre, Marie-Ginette Guay a piloté avec... - image 5.0

Agrandir

Dans le rôle-titre, Marie-Ginette Guay a piloté avec autant d'aplomb que de sensibilité ce spectacle lumineux et rempli d'humanité.

En avril, Maxime Beauregard-Martin et la compagnie On a tué la une ont proposé avec la pièce Mme G., présentée à Premier Acte, un pétillant coup de chapeau à un véritable pilier du nightlife de la capitale: Thérèse Drago, qui a au fil du temps été patronne d'une maison close puis tenancière d'un bar clandestin dans son appartement de la haute-ville. Dans le rôle-titre, Marie-Ginette Guay a piloté avec autant d'aplomb que de sensibilité ce spectacle lumineux et rempli d'humanité. Un hommage bien senti arrivé quelques mois avant la disparition de sa muse, qui s'est éteinte en octobre à l'âge de 88 ans.

Échos de campagne et magouilles politiques

Alors qu'une campagne présidentielle plutôt surréaliste tirait à sa fin chez nos voisins du Sud, l'équipe de La Bordée a dû se féliciter d'avoir programmé en novembre la pièce Les marches du pouvoir de l'Américain Beau Willimon, qui s'est nourri de son passé de militant démocrate pour décrire un impitoyable jeu de coulisses politiques.

L'auteur, qui a fait un tabac en adaptant pour Netflix la populaire série House of Cards, a créé l'événement en se déplaçant dans la capitale pour assister à la première et, une semaine avant le vote fatidique, distiller quelques commentaires anti-Trump. Quant à la pièce, portée par une mise en scène dynamique de Marie-Hélène Gendreau et une performance sportive de Charles-Étienne Beaulne, elle n'a pas raté la cible.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer