La musique classique, audace et émotion

Le chef anglais Jonathan Cohen a été nommé... (Marco Borggreve)

Agrandir

Le chef anglais Jonathan Cohen a été nommé directeur musical et artistique des Violons du Roy

Marco Borggreve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2016

Actualité

Retour sur 2016

L'année 2016 sous plusieurs angles: en objets, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz. »

La nomination de Jonathan Cohen aux Violons du Roy

Début octobre, Les Violons du Roy ont annoncé que ce serait Jonathan Cohen qui succéderait à Bernard Labadie à la direction musicale de leur ensemble. Le chef britannique faisait partie des favoris depuis la tournée européenne de 2014, pour laquelle il avait remplacé Labadie au pied levé. Sa spontanéité et sa façon de diriger des concerts, d'une manière toujours un peu différente chaque soir, ont vraiment séduit les musiciens. Le chef, violoncelliste et claveciniste les a retrouvés pour deux concerts la saison dernière et la magie opérait visiblement toujours.

L'audace de Voir dans le vent qui hurle des étoiles rire, et rire

 (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Inspirés par le nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, les compositeurs Yannick Plamondon et Symon Henry ont composé une ambitieuse oeuvre orchestrale pour architecture. Un geste musical qu'ils souhaitaient aussi poétique qu'historique. L'oeuvre a transcendé toutes les facilités et déjoué les confortables conventions pour rallier une foule attentive, éclectique et nombreuse, lovée autour des musiciens de l'Orchestre symphonique de Québec. Reste de cette expérience unique le souvenir d'une oeuvre scintillante, pleine de douceur, de soif de vivre et de liberté, sans compromis.

Divine Marie-Nicole Lemieux au Domaine Forget

 (Photothèque Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Marie-Nicole Lemieux et Les Violons du Roy nous ont fait toucher au sublime avec un programme gorgé de beauté et de grandes émotions humaines pour clore le Festival international du Domaine Forget. Un large sourire illuminait le visage de la contralto à la fin du concert. Après avoir chanté avec toutes les nuances, la douceur et la puissance de sa voix des oeuvres exigeantes, Marie-Nicole Lemieux semblait ne plus pouvoir réfréner sa joie. On se souvient de son humour, au rappel, alors qu'elle saluait joyeusement les spectateurs qui devaient partir, visiblement rassasiée par les ovations chaleureuses qui se sont succédé.

Le côté rock du Festival d'opéra

Marie-Josée Lord et Christophe Dumaux... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

Marie-Josée Lord et Christophe Dumaux

Photothèque Le Soleil

Le Festival d'opéra de Québec a été l'occasion d'entendre de splendides prestations vocales, d'une virtuosité saisissante, mais aussi agréablement pimentées d'un certain côté rock. Marie-Josée Lord était simplement époustouflante en Marie-Jeanne dans Starmania opéra. Le souvenir de son interprétation de Le monde est stone, qu'elle livrait le visage transfiguré par l'émotion, pieds nus dans une robe jaune soleil, est encore vif. Élégant, altier, fort expressif, le contre-ténor Christophe Dumaux a quant à lui livré une performance inoubliable lors d'un récital avec Les Violons du Roy, où il a incarné tous les airs du personnage de Jules César.

La chef Mei-Ann Chen à l'OSQ

La chef Mei-Ann Chen... (Photothèque Le Soleil) - image 9.0

Agrandir

La chef Mei-Ann Chen

Photothèque Le Soleil

Fin avril, au Palais Montcalm, nous avons eu un double coup de coeur pour la chef Mei-Ann Chen et la pianiste Marika Bournaki, toutes deux invitées par l'Orchestre symphonique de Québec; deux femmes vives, pleines de caractère et passionnées par la musique. La directrice musicale de l'Orchestre symphonique de Memphis et de la Sinfonietta de Chicago, habitée par une fougue hors du commun, est une capitaine passionnée et passionnante à observer. Marika Bournaki a embrassé le Concerto pour piano en la mineur de Schumann avec délicatesse et vivacité. Le piano se faufilait à travers le flot continu de l'orchestre et participait pleinement à la broderie musicale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer