Les autres grands disparus

L'artiste-peintre Joanne Corno... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'artiste-peintre Joanne Corno

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2016

Actualité

Retour sur 2016

L'année 2016 sous plusieurs angles: en objets, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz. »

(Québec) Voici les grands des arts visuels, de la littérature, du théâtre et de la danse à qui nous avons dit au revoir en 2016.

Marcel Barbeau (2 janvier, 90 ans)

En 2013, alors qu'on lui accordait, sur le tard, le prix Paul-Émile-Borduas, Marcel Barbeau menait toujours des projets artistiques, avec un entrain indéfectible. Autant il a été émouvant de parler avec l'artiste à cette occasion, autant il fut intéressant de pouvoir le voir par les yeux de sa petite-fille, Anaïs Barbeau-Lavalette, dans La femme qui fuit. Signataire du Refus global, Marcel Barbeau a participé aux premières expérimentations automatistes, a plongé dans l'abstraction géométrique, puis a exploré l'op art. Même dans ses expérimentations les plus techniques, le peintre et sculpteur a toujours su conserver une dimension expressive dans ses oeuvres, qui font partie de nombreuses collections privées et publiques.

Joanne Corneau (Corno) (21 décembre, 64 ans)

Quelques jours avant Noël, on apprenait que Corno s'était éteinte au Mexique, où elle se faisait traiter pour un cancer de la gorge. Sa maladie n'avait pas été rendue publique et l'annonce du décès de la peintre énergique et passionnée est tombée comme une brique. Ses toiles colorées, pop et sensuelles, souvent de très grand format, étaient reconnaissables au premier coup d'oeil. Outre quelques sorties médiatiques pour son autobiographie, Cornographie, publiée en 2010, et le lancement du documentaire Corno en 2013, la peintre demeurait plutôt discrète au Québec et passait le plus clair de son temps dans son studio de la Grosse Pomme, où elle s'était établie en 1992. Originaire de Chicoutimi et diplômée de l'Université du Québec à Montréal, Corno a mené une carrière prolifique, exposant dans les grandes capitales du monde et suscitant beaucoup d'intérêt auprès des collectionneurs.

Littérature

Pierre DesRuisseaux (18 janvier, 70 ans)

Il était auteur et poète, mais aussi traducteur, philosophe et journaliste. Pierre DesRuisseaux n'a pas limité sa plume à un seul domaine. Après avoir fondé les Éditions Tryptique et la revue Moebius dans les années 70, l'homme de lettres a été poète officiel du Parlement canadien de 2009 à 2011. On le connaît aussi surtout comme un pionnier qui a consacré une bonne partie de sa vie à recenser divers aspects de la culture populaire québécoise dans différents ouvrages comme le Livre des proverbes québécois et le Dictionnaire des expressions québécoises. Auteur d'une quinzaine de recueils de poésie, le grand voyageur a passé beaucoup de temps avec sa famille au Mexique, où il a notamment traduit, en collaboration avec sa compagne, le Popol Vuh, la «bible» des Mayas-Quichés.

Harper Lee (19 février, 89 ans)

Plutôt qu'auteure à succès, Harper Lee a été l'auteur d'un succès, mais tout un: To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur), paru en 1960, s'est vendu en anglais à quelque 30 millions d'exemplaires et a été traduit en 40 langues. Il fait figure de véritable classique de la littérature américaine. Or, l'écrivaine, qui détestait les projecteurs, n'a rien publié pendant 55 ans, jusqu'à l'an dernier, en 2015, quand est sorti Go Set a Watchman (Va et poste une sentinelle). Le livre, partageant les mêmes thèmes que To Kill a Mokingbird, soit le racisme et les préjugés dans son Alabama natal dans les années 30 à 60, a finalement été identifié comme une première version retravaillée de son grand succès. La lauréate d'un Pulitzer en 1961 s'est éteinte dans une maison de retraite en Alabama, affectée par des problèmes de vision et de surdité.

Umberto Eco... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Umberto Eco

Photothèque Le Soleil

Umberto Eco (19 février, 84 ans)

Une journée noire pour la littérature que ce 19 février, puisqu'un autre auteur important connu mondialement, l'Italien Umberto Eco, s'est éteint des suites d'un cancer à Milan. Le grand intellectuel est derrière de nombreux romans marquants depuis les années 80, notamment Le nom de la rose, Le pendule de Foucault et Comment voyager avec un saumon. Sa carrière de romancier est arrivée après celle d'essayiste et de sémioticien, domaines dans lesquels il a aussi marqué les esprits. Son dernier roman, Numéro Zéro, paru en 2015, s'intéressait au domaine des médias. 

Gotlib (4 décembre, 82 ans)

Des générations de lecteurs de bandes dessinées ont appris avec tristesse au début du mois le décès de Marcel Gottlieb, alias Gotlib. Gai-Luron, le prof Burp, l'inspecteur Bougret et Pervers Pépère ne sont que quelques-uns des personnages marquants qui ont pris vie sous sa plume drôle et absurde, notamment dans sa Rubrique-à-Brac. Il a oeuvré aux côtés de Goscinny dans plusieurs publications avant-gardistes qui l'ont mené à devenir une véritable star de la bédé française dans les années 70. 

***

Sans oublier...

Myriam Caron, auteure et cinéaste québécoise (3 janvier, 41 ans)

Nicole Houde, romancière québécoise (3 février, 70 ans)

Jim Harrison, écrivain américain (26 mars, 78 ans) 

Lars Gustafsson, écrivain suédois (3 avril, 79 ans)

Jacques Perry, écrivain français (23 avril, 94 ans)

Martin Gray, écrivain (25 avril, 93 ans)

Benoîte Groult, romancière, essayiste et féministe française (20 juin, 96 ans)

Maurice G. Dantec, écrivain français de science-fiction (25 juin, 57 ans)

William Patrick Kinsella, écrivain américain (16 septembre, 81 ans) 

Darian Fo, écrivain italien (13 octobre, 90 ans)

Paule Cloutier-Daveluy, femme de lettres québécoise (29 octobre, 97 ans)

William Trevor, écrivain irlandais (20 novembre, 88 ans)

Anique Poitras, écrivaine jeunesse québécoise (19 décembre, 55 ans)

Théâtre

Marcel Dubé en 2006... (Photothèque Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

Marcel Dubé en 2006

Photothèque Le Soleil

Marcel Dubé (7 avril, 86 ans)

Figure marquante des planches et du petit écran québécois, le dramaturge Marcel Dubé est décédé au printemps des suites d'une longue maladie. On lui doit notamment les pièces Un simple soldatLes beaux dimanchesZoneFlorenceAu retour des oies blanches et Le temps des lilas. À la fin des années 60, sa plume s'est fait connaître à la télévision dans la série d'émissions Le monde de Marcel Dubé, dans lesquelles ses pièces ont été à l'honneur. Pendant sa prolifique carrière, il a multiplié les distinctions: il a notamment été élu officier de l'Ordre du Canada et du Québec en plus d'être honoré par l'Ordre de la Pléiade et l'Académie des lettres du Québec.

Claire Richard (4 juin, 88 ans)

Comédienne et scénariste (elle a notamment signé le film Joyeux calvaire de Denys Arcand), Claire Richard s'est illustrée au petit écran dans Cré BasileLa pension Velder ou La bonne aventure et au cinéma dans Les ordres. Elle était considérée comme la muse de son conjoint, Réjean Ducharme, et surtout comme son lien avec le monde extérieur. Véritable porte-parole de l'écrivain reclus, elle a au fil du temps recueilli les honneurs en son nom et servi d'intermédiaire auprès des éditeurs ou des gens de théâtre qui souhaitaient monter l'un de ses textes.

Danse

Yvette Chauviré (19 octobre, 99 ans)

Considérée encore à ce jour comme la plus grande ballerine française avec le titre de prima ballerina assoluta, Yvette Chauviré nous a quittés en octobre à l'âge de 99 ans. Danseuse étoile à l'Opéra de Paris, qu'elle intégra à 17 ans, Chauviré tricha la grande institution à quelques reprises pour danser entre autres avec Les Ballets de Monte-Carlo et le Royal Ballet de Londres. Elle dansa avec Rudolf Noureev et fut l'interprète-phare du chorégraphe Serge Lifar. Mais c'est son interprétation du rôle de Giselle qui restera longtemps gravée dans les mémoires. C'est d'ailleurs ce personnage qu'elle interpréta lors de son dernier passage sur scène en 1972, au Palais Garnier. Daphné Bédard

Genevive Salbaing... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

Genevive Salbaing

Photothèque Le Soleil

Geneviève Salbaing (8 mai, 94 ans)

Née à Paris et élevée au Maroc, Geneviève Salbaing arrive à Montréal en 1946. Elle implante au Canada un style de danse qui allie ballet et musique jazz. En 1972, elle cofonde la compagnie Les Ballets Jazz de Montréal avec Eddie Toussaint et Eva Von Gencsy. En plus de la direction de la compagnie, qu'elle assume jusqu'en 1992, elle ouvre des écoles des Ballets Jazz à Québec, à Laval et à Toronto, entre autres. En 1987, elle est nommée membre de l'Ordre du Canada. En 2012, elle reçoit le titre d'officier de l'Ordre national de Québec. Elle est morte en mai, à 92 ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer