2016 en 10 objets

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que sa personnalité, un... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2016

Actualité

Retour sur 2016

L'année 2016 sous plusieurs angles: en objets, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz. »

(Québec) Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que sa personnalité, un pont pas peinturé, des cellulaires surveillés, des Pokémon capturés ou encore un t-shirt de Gerry Boulet qui a fait tant jaser : Le Soleil vous présente aujourd'hui l'actualité par les objets qui ont marqué 2016.

Un permis de taxi

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que sa... (123RF/3dfoto) - image 3.0

Agrandir

123RF/3dfoto

Si une seule personne au Québec ignore encore que le service de transport Uber existe, elle a dû passer l'année 2016 sur Mars. Car oui, il a beaucoup été question de ce service, une multinationale jugée géniale et moderne par les uns, illégale et malhonnête pour les autres. Au coeur du débat : le sort des taxis traditionnels avec leurs permis, ceux qui «payent des taxes», a martelé le maire de Québec qui a donné son soutien à l'industrie du taxi. Régis Labeaume ne s'est toutefois pas empêché de critiquer les taxis à plusieurs reprises, notamment quant au service au Centre Vidéotron qui a connu des ratés à quelques reprises. Nouveau joueur incontournable, Uber a provoqué des manifestations, fait trembler les municipalités et le gouvernement du Québec au grand complet. L'année s'est terminée avec une entente menant vers un projet pilote en vigueur depuis la fin octobre pendant lequel Uber devra se conformer à des règles fiscales et prouver sa bonne foi.

Un toupet

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que sa... (AP, Evan Vucci) - image 5.0

Agrandir

AP, Evan Vucci

Alerte au jeu de mots facile : il fallait du toupet pour prédire une victoire de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Et pourtant, celui dont la candidature à la primaire du Parti républicain a sonné comme une blague pendant des mois fera bientôt son entrée officielle à la Maison-Blanche. Avec lui, Donald Trump trimballera sa chevelure vaguée de couleur maïs. Un toupet devenu à lui seul l'incarnation de l'excentricité et de l'étrangeté du milliardaire populiste. La frange unique du président désigné a aussi fait le ravissement des caricatures et des imitateurs, l'acteur Alec Baldwin de Saturday Night Live trônant, à ce titre, au sommet de notre palmarès. Et la présidence de Trump est jeune, très jeune. Gageons que l'action est loin de ralentir pour l'homme d'affaires devenu président dont le nouveau boulot lui promet du pain sur la planche. Pour ne pas dire de la broue dans le... toupet.

Un Jutra

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil

C'est ce qui s'appelle un déboulonnage en règle. Il n'aura suffi que de quelques paragraphes dans la biographie de Claude Jutra signée par Yves Lever pour que la mémoire du grand cinéaste soit ternie à jamais. On y apprenait les penchants pédophiles du créateur de À tout prendre et de Mon oncle Antoine. Les allégations ont rapidement pris une tournure plus que troublante après les révélations d'anciennes victimes du cinéaste décédé en 1986. Plusieurs municipalités du Québec ont changé les noms de lieux ou de rues en hommage à Jutra. Le prix du cinéma québécois qui portait son nom a été rebaptisé prix Iris. À Québec et à Lévis, la mémoire de Jutra a été rayée de la carte, et le nom d'une rue dans chaque municipalité a été changé.

Un pot de peinture

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que... (123rf, Pixelrobot) - image 9.0

Agrandir

123rf, Pixelrobot

Une autre année s'est écoulée sans réelle décision sur le pont non peinturé. Le pont de Québec a en effet fait couler plus d'encre que de peinture en 2016, le sujet ayant été au coeur de l'actualité et de ce qui peut être considéré comme la première prise de bec entre le maire Régis Labeaume et le ministre fédéral Jean-Yves Duclos. Le premier n'a pas été tendre envers le second, qu'il a invité à avoir du «courage» et accusé de rompre une promesse électorale des libéraux de Justin Trudeau de régler le dossier. Une rencontre promise de longue date a finalement eu lieu le 31 août et a débouché sur une proposition du maire de Québec et de celui de Lévis, Gilles Lehouillier, de repeindre le pont sur 10 ans. Le gouvernement fédéral n'a alors pas exclu de bonifier les 75 millions $ qu'il a déjà promis. Quant au CN, propriétaire de l'infrastructure, on a appris qu'il ne claque pas la porte à un tel scénario qui connaîtra sans aucun doute une suite en 2017. Et dans la décennie à venir...

Une muselière

Un nouveau président américain au toupet aussi... (123RF, Thanasak Kusolvisitkul) - image 11.0

Agrandir

123RF, Thanasak Kusolvisitkul

Quelle aventure politico-sociale que celle des pitbulls! Déjà que les chiens «de type pitbull» et autres représentants jugés dangereux de la gente canine dérangeaient dans plusieurs municipalités du Québec, le dossier a pris une tournure dramatique en juin lorsqu'une femme de la région de Montréal a été tuée par le chien de son voisin. À Québec, le maire Régis Labeaume a annoncé que les pitbulls seraient bannis sur le territoire de la capitale dès janvier 2017. S'en sont suivis une avalanche de critiques et des manifestations de propriétaires attachés à leur chien. Le maire a alors reculé tant dans le discours que dans la réglementation. Le bannissement n'a finalement pas été adopté et M. Labeaume a dit se fier davantage sur la réflexion du gouvernement. Il a alors déclaré avoir montré les dents «pour que ça bouge». Que fera le gouvernement Couillard? Interdiction? Cours obligatoire pour les maîtres ou muselière pour les chiens? La suite bientôt.

Un cellulaire

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que... (123RF, wutlufaipy) - image 13.0

Agrandir

123RF, wutlufaipy

Drôle d'impression de chasse aux sorcières le matin de l'Halloween. Le 31 octobre, La Presse révèle que le cellulaire de son journaliste Patrick Lagacé a été surveillé par le Service de police de la Ville de Mont-réal, qui enquêtait sur des fuites internes. Pas moins de 24 mandats ont été autorisés sur une période de plusieurs mois. L'histoire fait le tour du pays et même du monde quand le célèbre sonneur d'alerte Edward Snowden a commenté cette entrave à la liberté de presse et au respect de l'anonymat des sources journalistiques. Quelques jours plus tard, on apprenait que les registres téléphoniques d'autres journalistes ont aussi été épluchés, cette fois par la Sûreté du Québec. Le gouvernement de Philippe Couillard a réagi en annonçant des mesures, dont la mise sur pied d'un comité qui s'est transformé en commission d'enquête. Le juge Jacques Chamberland de la Cour d'appel du Québec présidera cette commission dont le rapport devra être remis au plus tard le 1er mars 2018.

Des patates en poudre

Un nouveau président américain au toupet aussi... (123RF, Dmitri Stalnuhhin) - image 15.0

Agrandir

123RF, Dmitri Stalnuhhin

Les repas servis dans les CHSLD ont fait beaucoup jaser cette année. Alors que l'opposition à l'Assemblée nationale a accusé le gouvernement Couillard de servir des «patates en poudre» aux résidents de ces centres d'hébergement, les pommes de terre en flocons sont devenues le symbole de la qualité des aliments servis dans ces établissements. Au point de voir apparaître sur Twitter le mot-clic #patatesenpoudre pour évoquer les faibles sommes consacrées aux repas, soit environ 2$ par assiette. En réplique, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a convié journalistes et députés à une dégustation le 23 novembre. L'idée, pour le moins étonnante, et qualifiée par plusieurs de «spectacle» et «d'opération de relations publiques» avait comme objectif de présenter des nouveaux mets qui seront servis dans les CHSLD d'ici 2018.

Un t-shirt de Gerry Boulet

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré... (Photothèque Le Soleil) - image 17.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Qui eut cru qu'un chandail de Gerry Boulet ferait son chemin jusqu'à figurer dans les objets de l'année 2016? Gracieuseté de l'auteure-compositrice-interprète Safia Nolin, qui a porté la controversée pièce de vêtements lors du gala de l'ADISQ le 30 octobre. Conjugué à un langage aussi désinvolte que «coloré» et pimenté de quelques «fuck», il n'en fallait pas plus pour que les critiques fusent contre l'artiste, qui, à en lire certains, a fait honte à toutes les femmes de la planète. Insultes, provenant d'ailleurs souvent des femmes, auxquelles la chanteuse de 24 ans a répondu avec aplomb dans un texte intitulé «Salut les gens» paru sur le site du magazine Urbania le 2 novembre, puis en entrevue par la suite. Chaque fois, Safia Nolin a déploré les commentaires reçus tout en réaffirmant qu'elle assume son image, ses mots et... son t-shirt de Gerry!

Un Pokémon

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que sa... (123RF) - image 19.0

Agrandir

123RF

Pokéball par-ci, Pikachu par-là : la folie Pokémon GO a déferlé sur la planète cet été. Officiellement lancée au Canada le 17 juillet, l'application mobile utilisant la géolocalisation pour capturer des bestioles virtuelles dans les rues et les parcs bien réels a connu une croissance fulgurante avec des centaines de millions de téléchargements. À entendre certains parents, Pokémon GO est la seule chose qui a fait sortir leurs enfants dehors depuis un demi-siècle! Commerçants, municipalités et organismes ont profité de la vague pour attirer les clients avec concepts et promos autour de Pokémon GO. Même le maire de Saguenay, Jean Tremblay, était un adepte. Mais comme tout phénomène arrivé vite, l'application conçue par Niantic a connu un essoufflement à l'automne, certains joueurs la quittant, déçus du trop peu de renouveau. Mais au moment d'écrire ces lignes, Pokémon espérait reconquérir les accros avec une mise à jour visant à donner un nouveau souffle à la chasse.

Une voiture sans chauffeur

Un nouveau président américain au toupet aussi coloré que... (AP, Eric Risberg) - image 21.0

Agrandir

AP, Eric Risberg

Grosse année pour la voiture sans conducteur. Ces véhicules dotés de logiciels programmés pour respecter le code de la route ont connu plusieurs développement au cours de la dernière année. En août, les premiers taxis sans chauffeur ont été mis à l'essai à Singapour où la firme nuTonomy espère déployer un service complet en 2018. Projet-pilote aussi pour Uber en septembre alors que le service de transport a testé des voitures autonomes dans les rues de Pittsburgh et San Francisco. Le géant Google a aussi poursuivi ses tests avec son véhicule tout rond aux allures de jouet, récemment baptisé Waymo. Mais 2016 a aussi été l'année où ce rêve techno aura fait place à une réalité bien concrète avec le premier accident mortel au (non) volant de ce type de véhicule. L'accident est survenu en mai en Floride, alors qu'une voiture Model S de Tesla a percuté un camion à une intersection pendant que la fonction de pilotage automatique était activée. Une enquête de la National Highway Traffic Safety Administration a été lancée.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer