Salma Taktek: la dame aux bactéries

Les travaux de Salma Taktek, ingénieure en biotechnologie,... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les travaux de Salma Taktek, ingénieure en biotechnologie, ont duré de 2010 à la fin de 2014 à l'Université Laval. Le magazine Québec Sciences lui a décerné son prix pour la découverte de l'année.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lieu d'utiliser des engrais chimiques ou du super phosphate transformé dans une usine produisant des tonnes de rejets, Salma Taktek a décidé de faire travailler des bactéries et des mycorhizes (champignons) pour créer dans le système racinaire des plantes des milliers d'usines microscopiques.

Ces usines dans le sol utilisent le phosphate brut pour le transformer en phosphore que la plante pourra assimiler. Les rendements sont égaux pour les plantes avec les bactéries et avec les engrais phosphatés.

Les travaux de cette ingénieure en biotechnologie, qui se sont étendus de 2010 à la fin de 2014 à l'Université Laval, ont été récompensés en avril lorsque le magazine Québec Sciences lui a décerné son prix pour la découverte de l'année.

«C'est la cerise sur le gâteau», raconte, très heureuse, Salma Taktek, qui est chargée de projet chez Premier Tech à Rivière-du-Loup. «J'étais déjà contente que mes travaux aient été retenus parmi les10 découvertes de l'année, mais remporter le premier prix, c'était le summum. Surtout que c'est le public qui a voté. Et ça montre que les gens en général s'intéressent de plus en plus à la science et, dans le cas de nos travaux, à tout ce qui touche à l'agriculture et l'environnement.»

Pendant ses recherches, elle a pu constater au microscope électronique comment les bactéries s'associent aux champignons mycorhiziens en présence du phosphate de roche du Québec. «Cette micrographie qui résumait ma thèse, je l'ai obtenue à la toute fin de la recherche. C'est le dernier élément qu'il me fallait», exprime-t-elle.

Les recherches en serre avec le maïs ont donné des résultats «super intéressants parce qu'en présence des mycorhizes et des bactéries, on pouvait réduire de 75 % les super phosphates des engrais chimiques conventionnels, tout en obtenant un rendement égal à l'utilisation des fertilisants seuls».

Roche du Québec

Pour ses essais, Mme Taktek a utilisé des roches de phosphate provenant du Mali, de la Tunisie et du Québec. La roche du Québec est particulièrement difficile à dissoudre par les méthodes conventionnelles. Elle donne l'exemple de la dissolution de la roche avec l'acide citrique à 2 % pour obtenir du phosphore qui donnait des résultats ordinaires alors qu'avec les bactéries les résultats étaient comparables, voire meilleurs.

Toutefois, pour produire les engrais chimiques et les super phosphates, les grandes entreprises utilisent de l'acide sulfurique et des solvants puissants. Cela produit beaucoup de déchets, notamment des montagnes de phosphogypse que l'on peut voir en Tunisie.

«Mon travail n'empêchera pas des pays de produire du phosphate, car ils pourront vendre le produit brut utilisable par les bactéries et les mycorhizes sans passer par les compagnies de transformation», soutient-elle.

Ses recherches faisaient aussi partie des 10 découvertes que Le Soleil a mises en évidence en fin d'année sous la plume du chroniqueur scientifique Jean-François Cliche. Lorsque sa nomination a été confirmée, Mme Taktek se souvient avoir reçu des appels de l'ambassadeur de la Tunisie au Canada, du consul, du ministère de la Femme en Tunisie, car elle est aussi en nomination pour le prix de la femme arabe au Québec à cause de sa découverte.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer