Marie-Hélène Lyonnais: reconnaissance pour une étudiante engagée

Afin de se mériter sa bourse de 100... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Afin de se mériter sa bourse de 100 000 $, Marie-Hélène Lyonnais a dû passer une dizaine d'entrevues pour se démarquer parmi les 4300 candidatures.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Étudiante de deuxième année au Collège Champlain St. Lawrence, Marie-Hélène Lyonnais vient de voir la Fondation Boursiers Loran reconnaître son engagement dans la communauté en lui attribuant l'une des prestigieuses bourses Loran de 100 000 $ qui servira à payer ses études de premier cycle universitaire.

Marie-Hélène est donc l'une des 30 étudiants choisis parmi 4300 candidatures à travers le Canada en vertu de leur leadership et de leur engagement scolaire et communautaire. Elle a été choisie après une dizaine d'entrevues où les juges s'intéressaient autant à la personnalité des candidats qu'à leurs projets.

«J'ai toujours aimé m'impliquer. Par exemple, je fais partie de l'association étudiante de mon collège et nous venons de terminer un projet d'investissement social. De plus, afin de motiver l'implication étudiante et que ce ne soit pas toujours les mêmes qui participent, l'association a décidé de décerner 10 000 $ à un projet que les étudiants choisiraient par vote», explique la jeune femme en entrevue avec Le Soleil.

Marie-Hélène a aussi créé un programme d'ateliers de cuisine destiné aux enfants de 3e et 4e années du primaire. «C'est un projet d'initiation à la cuisine. Le vendredi après-midi, on va dans les écoles et on cuisine avec les enfants pour leur montrer que ça peut être agréable. Il y a aussi la dimension d'une alimentation saine là-dedans: on ne leur fait pas cuisiner des hamburgers!» poursuit-elle.

Garder l'équilibre

En plus de ses études et de ses engagements communautaires, Marie-Hélène réussit tout de même à dénicher du temps pour le sport et pour passer du temps avec sa famille et ses amis. «L'important est de garder un équilibre. Au secondaire, j'étais capitaine de l'équipe de basketball et maintenant, je m'entraîne encore quatre ou cinq fois par semaine. Mon horaire est très chargé, je n'ai pas beaucoup de temps morts pour aller sur Facebook!»

L'an prochain, elle souhaite entreprendre des études en droit, idéalement à McGill, sinon à l'Université Laval ou à l'Université d'Ottawa, mais ne souhaite pas pour autant devenir avocate.

«Pour l'instant, ce n'est pas le métier que je vise. Aller étudier en droit, c'est plutôt parce que, pour comprendre la société, il est important de comprendre sa législation. C'est important si on veut éventuellement apporter des changements. La politique m'intéresse, l'économie aussi. Je veux avoir la liberté de faire une maîtrise dans un autre domaine après mes études de premier cycle», poursuit-elle.

La bourse Loran lui permettra de se consacrer entièrement à ses études au cours des quatre prochaines années. «Ça paie le logement et la nourriture à chaque session, et il y a aussi 8000 $ pour faire trois stages durant trois étés: un stage en politique, un en entreprise et un autre dans un organisme non gouvernemental», indique l'étudiante. Elle bénéficiera aussi de l'appui d'un mentor de son domaine d'études tout le long de son parcours universitaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer