Yvon Charest, le développeur de talents

Yvon Charest semble avoir trouvé la recette du... (Le Soleil, Jean-marie Villeneuve)

Agrandir

Yvon Charest semble avoir trouvé la recette du succès à long terme.

Le Soleil, Jean-marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lauréat: Yvon Charest, président et chef de la direction d'Industrielle Alliance Groupe financier.

Occasion: Le 3 février, il a été nommé Personnalité financière de l'année 2015 par le journal et site Internet Finance et Investissement. Il avait obtenu la même marque de reconnaissance en 2004 et en 2008.

En matière de développement des talents au sein de son organisation de 5100 employés, Yvon Charest le confirme, il est catholique pratiquant!

«Un sondage mené il y a quelques années auprès de 80 présidents de compagnie montrait que 45 % d'entre eux estimaient que le développement des talents au sein de leur entreprise était important, mais que, pour toutes sortes de raisons, ils y accordaient peu d'attention. Ils sont donc, à mes yeux, des catholiques non pratiquants! Ils savent ce qu'ils doivent faire, mais ils ne le font pas!»

Pour Yvon Charest, la recette du succès pour une entreprise se trouve dans la combinaison de trois ingrédients : une stratégie mûrement réfléchie, une capacité d'exécuter guidée par les principes d'amélioration continue et le développement des talents à long terme.

«Pour la plupart des présidents, leur attention se porte sur la stratégie d'entreprise. Moi, je consacre beaucoup d'énergie au développement des talents», explique celui qui n'a jamais travaillé ailleurs qu'à Industrielle Alliance à partir du jour, en 1979, où il a terminé ses études en actuariat à l'Université Laval. Il en est devenu le grand patron en 2000.

«Ce développement des talents se fait de trois façons. En favorisant, d'abord, la mobilité au sein du groupe. Puis, en donnant des défis à des gens. C'est en relevant des défis que l'on grandit. Enfin, on ne se prive pas pour livrer du feed-back et d'apporter des points d'amélioration à nos employés. Ce n'est pas une pratique courante dans les entreprises. Nous essayons de faire comprendre à nos employés qu'on leur fait un cadeau en leur donnant cette rétroaction.»

«Petites victoires» 

Au Canada, trois compagnies dominent le marché de l'assurance. Manuvie, Sun Life et Great-West.

Tout juste derrière eux, il y a Industrielle Alliance. Elle compte 4 millions de clients et des actifs sous gestion et administration totalisant 111,2 milliards $.

Il n'y a pas de cachette sur son objectif. Se tailler une place dans le top 3. 

«En 2015, nous avons remporté des petites victoires qui nous font du bien», raconte le natif de Charlesbourg.

Ainsi, au chapitre de ventes de fonds séparés - l'équivalent des fonds mutuels pour les compagnies d'assurances - Industrielle Alliance a réussi à tasser Sun Life du trio de tête au pays.

Et c'est au deuxième rang que l'on retrouve la compagnie québécoise au palmarès du plus grand nombre de polices d'assurance-vie individuelles vendues au pays.

Ces «petites victoires» ne suffisent pas. Industrielle Alliance, qui est devenue à la fin de 2015 l'assureur officiel pour les clients du CAA-Québec, a faim.

La preuve? Elle a réalisé quatre acquisitions au Canada l'an dernier.

«C'est un peu tout ça et nos succès au chapitre de la rentabilité et la croissance des opérations qui fait que Finance et Investissement me récompense. Une marque de reconnaissance qui rejaillit sur l'ensemble de la compagnie», insiste Yvon Charest qui a été préféré à Monique Leroux (Desjardins), Robert Dumas et Isabelle Hudon (Financière Sun Life), Monique Gravel (CIBC Wood Gundy) et Jean-Guy Desjardins (Fiera Capital).

Pour les neuf premiers mois de 2015, Industrielle Alliance a déclaré un bénéfice net de 378,1 millions $, un bond de 22 % par rapport aux résultats de 2014 pour la même période.

Présente aux États-Unis depuis 2010, la société de la Grande Allée entend y accroître son chiffre d'affaires. Ce marché ne représente que 3 % de ses activités.

C'est en sortant son chéquier et en réalisant des acquisitions qu'elle y parviendra. «Toutes les lumières sont au vert pour que nous passions maintenant à une autre étape aux États-Unis», indique Yvon Charest.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer