Guillaume Mathieu, vrai mordu de la pub

Le manque d'exemple familial n'a pas empêché Guillaume... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le manque d'exemple familial n'a pas empêché Guillaume Mathieu de vouloir faire de la pub, et ce, dès son plus jeune âge.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Enfant, Guillaume Mathieu ne rêvait pas d'être pompier ou médecin. Non, il rêvait de faire de la pub. Pourtant, il n'avait pas d'exemple dans sa famille proche, ses parents étaient dans le design de mode et les finances.

Il affirme que c'est le côté créatif du design et la résolution de problème de la finance qui lui apparaissent avoir été le bon mélange pour faire de lui une bête de pub depuis sa sortie de l'université.

Celui qui vient tout juste d'avoir 30 ans a été choisi parmi les 30 influenceurs de la société chez les moins de 30 ans par le Marketing Magazine en octobre. Il a aussi été retenu par Infopresse comme l'un des 30 Québécois de 30 ans et moins qui seront les leaders dans les prochaines années.

«C'est flatteur comme honneur, avoue-t-il, car on ne pratique pas ce métier pour gagner des prix individuels, mais pour répondre aux besoins d'un client.»

Flatteur d'autant plus qu'il ne s'est pas inscrit à ce concours, puisque c'est Cossette qui a pris l'initiative de mettre son talent et ses aptitudes à l'avant-scène dans ce concours.

Depuis 2007, sauf pour une année, Guillaume Mathieu a travaillé chez Cossette. Cela faisait partie de ses ambitions après ses études à Philadelphie. Et c'est Cossette qui est allé le chercher pour lui confier la création de la nouvelle agence soeur de la maison mère K-72 dont il dirige les destinées à Montréal et à Québec depuis avril.

Son parcours dans l'agence a été rapide, car il est passé en quelques années d'employé au service-conseil, à la coordination jusqu'à la direction du service.

Curiosité presque sans limites

Aujourd'hui, il raconte que c'est la curiosité presque sans limites qui le guide dans le monde du marketing où la publicité prend une plus petite part qu'avant dans la stratégie globale de communication pour une marque ou un produit.

«Lorsque je fais le marché le samedi matin, je travaille, car je regarde comment le produit me parle comme client. Même chose lorsque je marche dans la rue. Si je vois une affiche ou autre chose qui m'attire, je prends une photo, car cela pourrait servir pour l'un ou l'autre de mes clients», insiste-t-il.

Cette curiosité qui alimente la créativité, il en a besoin, car une campagne de marketing ces années-ci ne passe plus exclusivement par les publicités traditionnelles à la télé, à la radio, dans les journaux et les magazines. Non, elle passe par de multiples canaux numériques, sur tous les écrans, dans toutes les plateformes. Sur le Web, certes, mais aussi dans les différents réseaux sociaux, insérés dans les jeux mobiles en fonction des clientèles ciblées, même par la géolocalisation et le géoréférencement.

Et le monde du marketing n'aborde plus la clientèle par les tranches d'âge, mais en fonction de ce qu'elle vit, de ses champs d'intérêt, peu importe l'âge.

Pour Guillaume Mathieu, le défi du marketing moderne n'est pas seulement de choisir entre les multiples canaux de diffusion, mais surtout d'avoir un message percutant qui sait être pertinent en faisant vivre une expérience et des émotions. «Le marketing, soutient-il, est un mélange de science et d'art où il faut aussi se servir de son intuition.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer