Robert Mercure: récipiendaire de «l'Oscar» des hôteliers au Canada

En poste à Québec depuis 2007, Robert Mercure... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En poste à Québec depuis 2007, Robert Mercure a baigné dans le monde de l'hôtellerie dès son enfance : ses grands-parents et ses parents possédaient un hôtel à Granby, sa ville natale.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Pinnacle Award et le titre d'hôtelier de l'année 2015 au Canada accordé à Robert Mercure, directeur général du Fairmont Le Château Frontenac, c'est en quelque sorte l'Oscar des hôteliers au pays.

Avant de parler de son rôle, M. Mercure met en valeur la qualité du personnel, la visibilité obtenue par l'hôtel de la chaîne Fairmont à la suite des rénovations approuvées par les propriétaires Ivanhoé Cambridge, le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La réfection du hall, l'ajout de salle de réunion qui permet à l'hôtel d'accueillir plus de groupes en congrès au lieu d'en refuser, la nouvelle décoration des chambres, tout cela a pesé dans la balance du vote.

Le directeur insiste sur les critères pour choisir l'hôtelier de l'année, car outre la visibilité, il y a l'engagement personnel dans la communauté. Dans le cas de M. Mercure, il a participé à quelques conseils d'administration, comme ceux de Destination Québec et de Destination Canada pour la promotion du tourisme, et s'est engagé dans le conseil du nouveau musée-auberge au monastère des Augustines à L'Hôtel-Dieu de Québec. Sans oublier la collaboration avec Parcs Canada pour les visites guidées de l'hôtel et des artéfacts des fouilles de l'ancien château Saint-Louis, sous la terrasse Dufferin. Il souligne d'ailleurs la reprise prochaine de ces visites guidées.

D'ailleurs, M. Mercure a en tête la reprise d'activités autour du Château, notamment la patinoire extérieure qui reprendra vie cet hiver.

Humble face à cet honneur, Robert Mercure se dit très fier de recevoir ce prix, le seul prix national dans le monde de l'hôtellerie au Canada. Et si l'on se fie aux réponses de quelques membres du personnel interrogé par Le Soleil, «cet honneur, il le mérite très bien», disaient-ils.

En poste à Québec depuis 2007, M. Mercure a dirigé les hôtels Fairmont à Monaco, à Toronto et Le Reine Elizabeth de Montréal avant de s'installer à Québec après un passage de quelques années dans de grands hôtels aux États-Unis. «Je suis choyé d'être ici, rappelait-il. J'adore Québec. C'est une très belle ville où la qualité de vie est très bien», affirme l'homme qui a baigné dans le monde de l'hôtellerie dès son enfance. Ses grands-parents et ses parents possédaient un hôtel à Granby, sa ville natale.

Une grande famille

À la tête d'une grande famille de quelques centaines d'employés, Robert Mercure adore son équipe de travail. Il aime être sur le plancher, discuter avec eux, avoir du plaisir avec les gens parce qu'il s'agit de personnes qui ont à coeur le succès du Château Frontenac, une icône de la ville de Québec et l'un des édifices les plus photographiés au monde. Sans oublier le contact avec la clientèle, lui qui a eu à effectuer un détour pour serrer des mains juste avant la prise de photos.

Calme et parlant avec douceur, M. Mercure dit vouloir communiquer la passion du service et de l'attention au client. Pour lui, il faut encourager les membres du personnel, les motiver, les aider à être passionnés pour ce qu'ils font, de sorte qu'il puisse livrer la marchandise dans les beaux jours comme dans les périodes plus difficiles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer