Kevin McCoy: dépoussiérer son histoire

Fort du succès qu'a connu Norge au Trident,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Fort du succès qu'a connu Norge au Trident, Kevin McCoy souhaite maintenant présenter sa pièce à travers le Canada et même en Norvège, pays d'origine de sa grand-mère.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Passionné d'histoire, Kevin McCoy a cherché à dépoussiérer une partie de la sienne dans sa pièce Norge. Après avoir fait 21 représentations et touché près de 7000 spectateurs, l'auteur, metteur en scène et comédien a reçu le Prix des abonnés du Trident pour sa performance. Et l'aventure est loin d'être terminée pour lui : il souhaite maintenant présenter sa création à travers le Canada et aussi en Norvège.

Été 2012. Après quelques voyages en Norvège, M. McCoy entreprend des recherches pour monter sa pièce. Il cherche alors à mieux connaître sa grand-mère, Herbjorg Hansen, qui est décédée dans les années 60 alors qu'il était âgé de quatre ans. En 1919, alors que la jeune dame avait quatorze ans, elle a décidé de plier bagage avec un oncle et une tante pour émigrer aux États-Unis, sur la côte ouest. Mais pourquoi? 

Après trois ans de recherche, l'auteur, qui incarne son propre rôle dans Norge (Norvège, en norvégien), a trouvé «en partie» sa réponse... mais beaucoup «d'interrogations demeurent». 

«C'était une femme très discrète et elle était très aimée des autres. Elle n'a jamais dit à personne pourquoi elle était partie de la Norvège», raconte le dramaturge.

Cette histoire, qui a été présentée du 3 au 28 mars 2015, a conquis les spectateurs du Théâtre du Trident, qui ont récompensé le comédien. Ce dernier a reçu son prix le 22 septembre au Grand Théâtre de Québec.

«J'ai été très ému de le recevoir», souligne-t-il. «Cette histoire touche à mon intégration aux États-Unis vers le nord, à Québec. C'était vraiment un spectacle très personnel et j'ai été très touché par le fait que les gens soient aussi touchés. Comme personne immigrante, je suis très ému d'avoir été accueilli de cette façon par la communauté théâtrale. En 30 ans de théâtre, l'échange avec le public a été le meilleur de ma vie [avec Norge].»

Pour Kevin McCoy, le défi de Norge a été de trouver le moyen d'ouvrir son histoire au grand public afin que les spectateurs embarquent dans l'aventure et qu'ils s'interrogent sur leurs propres racines. «Je ne voulais pas que ça soit : moi, je raconte mon histoire, et c'est tout», affirme celui qui a quitté Chicago à 33 ans pour s'établir dans la capitale, c'était en 1996, le 15 octobre. Comme plusieurs autres immigrants, il a dû relever le défi d'apprendre le français.

D'un bout à l'autre du pays

C'est à la suite des succès qu'a connus sa pièce à Québec que le metteur en scène a décidé d'entreprendre, au cours des derniers mois, des démarches pour la présenter d'un bout à l'autre du Canada. Il espère que son projet va se réaliser en 2016-2017. «J'ai reçu des offres pour faire une tournée au Québec et au Canada. Cet été, je suis allé aussi en Norvège pour pouvoir amener le spectacle au pays de ma grand-mère», confie-t-il, ajoutant que cela serait un «rêve». 

Pour l'heure, Norge a été présentée à 90 % en français. Il y a aussi des extraits en anglais et en norvégien (bokmål). M. McCoy est conscient qu'il va devoir adapter son oeuvre pour un public anglophone. Toutefois, il n'est pas question de retirer complètement les passages en français pour celui qui est né près de Seattle, aux États-Unis. 

«Ces trois langues, qui me représentent, vont toujours faire partie de la pièce», assure-t-il. «La pièce parle de Québec, alors c'est important de conserver la langue française. Il va y avoir quelques représentations en anglais et aussi en français, mais les trois langues vont toujours être présentes.»

Les prochains mois ne seront donc pas de tout repos pour l'auteur, qui, en plus de travailler sur l'avenir de Norge, cogite aussi sur un nouveau projet. «Cette fois-ci, je cherche un peu plus loin dans l'histoire et je vais retracer le chemin de Marco Polo», conclut-il, souhaitant ne pas en dire davantage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer