Félix Auger-Aliassime: future vedette du tennis

Âgé d'à peine 15 ans, Félix Auger-Aliassime est... (Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil)

Agrandir

Âgé d'à peine 15 ans, Félix Auger-Aliassime est passé du 572e au 23e rang mondial chez les juniors depuis le début de l'année.

Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La victoire des jeunes Canadiens à la Coupe Davis Junior, il y a une semaine, a confirmé deux choses : le Canada s'impose comme une puissance du tennis mondial, et Félix Auger-Aliassime est son plus bel espoir.

Il n'a pourtant que 15 ans. Mais plus que jamais, l'étiquette «future vedette» s'accroche à Auger-Aliassime. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les statistiques.

Cette année, l'athlète de Québec a remporté 39 victoires et subi seulement 6 défaites en simple, en plus de gagner 16 de ses 22 matchs en double. Cette fiche reluisante lui permet d'occuper le 23e rang mondial chez les juniors. Au début de l'année, il était... 572e. Il est le seul garçon né dans les années 2000 à faire partie du top 50. Il faut descendre jusqu'à la 167e position pour trouver un joueur plus jeune que lui. Il est aussi devenu le premier homme né dans le nouveau millénaire à percer le classement de l'ATP (762e).

À Madrid, lors de la finale de la Coupe Davis contre l'équipe allemande, il a gagné le match décisif en double avec son compatriote Denis Shapovalov au compte de 6-3, 3-6 et 6-2. Un premier titre canadien dans l'histoire de cette compétition.

«Ç'a été une finale incroyable», avait lancé Auger-Aliassime après la rencontre. «Il fallait absolument que nous gagnions le double, et je crois que nous avons accompli un magnifique travail. [...] Nous sommes fiers de notre exploit.» Le jeune homme n'était pas disponible dans les derniers jours pour commenter sa nomination comme lauréat.

Saison couronnée de succès

Cette victoire d'équipe est venue s'ajouter à une saison couronnée de succès. En mars, il a profité d'une invitation au Challenger de Drummondville pour s'imposer trois fois contre des hommes plus vieux que lui. En juillet, dans un autre tournoi «senior», il a remporté trois duels avant de s'incliner contre le 145e joueur mondial, Yoshihito Nishioka. Il a ensuite fait la finale des Internationaux de tennis junior de Repentigny. Au US Open, début septembre, il a gagné le double chez les juniors avec Shapovalov.

Auger-Aliassime est le fils d'un immigrant togolais et d'une Québécoise. Son papa, Sam Aliassime, est entraîneur de tennis pour l'Académie Hérisset Bordeleau, au Club Avantage.

«Dans son cas, tous les espoirs sont permis», a dit Jack Hérisset au Soleil il y a quelques mois. «C'est extraordinaire ce qu'il fait», a lancé l'autre moitié de l'Académie, Jacques Bordeleau, plus récemment.

Auger-Aliassime s'entraîne maintenant avec les autres espoirs canadiens, au Centre national du stade Uniprix, à Montréal. Il y reçoit les conseils du vice-président du développement de l'élite à Tennis Canada, Louis Borfiga, un Français en grande partie responsable des succès canadiens. «C'est un des jeunes les plus forts que j'aie jamais vus à cet âge», a dit Borfiga au journal français L'Équipe, au début de mai. «On veut vraiment le cacher celui-là.»

Mais il n'y a plus d'assez bonne cachette...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer