Jérôme Lapierre: des villes à vivre

Jérôme Lapierre, qui de mémoire a toujours voulu... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Jérôme Lapierre, qui de mémoire a toujours voulu devenir architecte, croit que ses voyages en Europe lui seront très utiles pour sa carrière ici, au Québec.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Penser la ville idéale, c'est une chose, mais y vivre permet d'affiner sa compréhension des liens entre les citoyens, les immeubles, les espaces publics et l'aménagement urbain. Après sa maîtrise en architecture, Jérôme Lapierre a eu l'occasion d'aller à Copenhague travailler au sein de la firme Gehl Architects, experte en aménagement de villes à échelle humaine.

La capitale danoise a été aménagée avec le souci de rendre la vie la plus agréable possible à ses citoyens. «Les places publiques sont toutes reliées entre elles par des rues piétonnes ou de larges allées. Le port a été nettoyé et on peut s'y baigner», donne en exemple Jérôme Lapierre. Dans une cité où 51% des gens se déplacent à vélo, 26% en voiture et les autres à pied ou en transport en commun, les pistes cyclables sont déneigées avant les rues et les trottoirs enjambent les intersections des rues secondaires, permettant aux marcheurs de ne jamais briser leur élan. «La ville a établi une stratégie globale forte et les architectes doivent y répondre et travaillent en collaboration», explique le jeune homme.

En plus de travailler sur divers projets de la firme, en anglais, Jérôme Lapierre a aussi suivi des cours de danois pendant six mois, une formation que l'État paie à tous les nouveaux arrivants. «Les cours de langue m'ont permis d'apprendre beaucoup sur la culture danoise, l'histoire, la littérature, le design. On voit que cette société promeut vraiment la culture», note Lapierre.

Le Prix de Rome en architecture est une prestigieuse carte de visite qui lui a permis de rencontrer bon nombre d'architectes et d'urbanistes à Copenhague, mais aussi lors de trois courts voyages de recherche, à Stockholm (Suède), à Hambourg (Allemagne) et à Londres (Royaume-Uni).

Blogue suivi

Le boursier a tenu un blogue, qui a rejoint jusqu'à 16000 personnes, pendant tout son séjour en Europe. Il est en train d'élaborer une installation qui sera à la fois une plate-forme de repos pour les visiteurs et une exposition qui montre les différentes étapes de l'architecture humaine, de la ville au chez-soi, et les meilleurs exemples d'aménagement vus lors de son année à l'étranger. Un film documentaire et des conférences sont aussi au menu de celui qui compte retourner travailler à l'atelier Pierre Thibault le mois prochain.

D'aussi loin qu'il se souvienne, il a toujours voulu être architecte. «Je me souviens m'être promené dans les quartiers, enfant, avant de retourner chez moi pour dessiner la maison idéale. Mon oncle et ma tante ont eu de belles et grandes maisons aux États-Unis et je crois que ça m'a sensibilisé à une certaine qualité d'architecture», raconte Lapierre. Il a grandi à Beauport, dans le Petit-Village, et habite maintenant en haute ville. À Québec, «on a de beaux défis, je crois que je ramène beaucoup d'outils qui pourraient servir», dit humblement notre lauréat.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer