Machine de cirque: un début sur les chapeaux de roues!

C'est de la tête du metteur en scène... (Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

C'est de la tête du metteur en scène et producteur Vincent Dubé qu'est née l'idée de base derrière Machine de cirque.

Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour une troupe n'existant que depuis deux ans et qui vient tout juste de lancer son premier spectacle, Machine de cirque connaît un début sur les chapeaux de roues. «Il n'y a pas de reculons sur notre machine!» lance le musicien du groupe, le Gaspésien d'origine Frédéric Lebrasseur. 

Lauréat: Le collectif Machine de cirque

Occasion: La troupe de Québec a remporté le 21 juin le trophée Charlie-Chaplin, remis annuellement lors du Festival international de cirque Vaudreuil-Dorion.

La troupe n'allait pas au Festival international de cirque Vaudreuil-Dorion en pensant au concours. «C'est surtout pour rencontrer d'autre monde du milieu. C'est plus un partage d'idées qu'un concours», explique Lebrasseur. N'empêche, recevoir un prix des mains du fils de Charlie Chaplin, Eugène, est un honneur non négligeable pour des artistes. 

Pour Machine de cirque, l'honneur vient confirmer ce que les six membres du collectif sentaient depuis un moment: leur projet est destiné à une longue vie.  

Il faut dire que la troupe mise sur un ensemble d'artistes dont la réputation n'est plus à faire. Un dream team, comme aime le dire le metteur en scène et producteur Vincent Dubé. 

C'est de la tête de ce dernier qu'est née l'idée de base derrière Machine de cirque. «Je voulais faire le pont entre ma passion pour le cirque et ma formation d'ingénieur», explique-t-il. Cette fois par contre, celui qui oeuvre comme artiste de cirque depuis une vingtaine d'années voulait se concentrer sur la direction artistique et la mise en scène. Lui fallait donc des artistes. 

Début 2013, les jongleurs-acrobates Raphaël Dubé et Yohann Trépanier, connus pour leur duo nommé Les Beaux-Frères, décident d'embarquer dans la machine de Vincent Dubé, tout comme le multi-instrumentiste Frédéric Lebrasseur. S'ajoute ensuite Maxim Laurin et Ugo Dario, deux spécialistes de la planche coréenne. Ils avaient étudié avec Dubé et Trépanier à l'école de cirque de Montréal et toujours voulu avoir un projet commun. Machine de cirque était née.

Pour décrire la troupe, Vincent Dubé met l'accent sur trois caractéristiques distinctes  l'intégration et l'utilisation de machines, l'esthétique assez brute et l'intégration du musicien Frédéric Lebrasseur dans la pièce. En plus de réaliser toute la trame sonore du spectacle en direct, ce dernier joue tantôt les comédiens, tantôt les jongleurs. 

Comment un musicien devient partie intégrante d'une troupe de cirque? «La première fois que j'ai joué sur une scène, c'était une pièce de théâtre à l'école secondaire où je faisais la musique en direct et j'étais acteur. J'ai toujours fait ça depuis.» Celui qui a quitté sa Gaspésie natale pour Québec il y a plusieurs années a maintenant participé à des spectacles dans 26 pays dans ce rôle. 

Le monde entier dans la mire

Malgré tout cela, la troupe ne pouvait s'attendre à un début aussi fulgurant. Avant même la première représentation à la Bordée, en mai, leur nom circulait un peu partout. 

La campagne de sociofinancement Indiegogo et leur page Facebook, qu'ils alimentaient de petites vidéos «avant-goût» de leur spectacle ont aidé, pense-t-il.

Le multi-instrumentiste donne beaucoup de crédit à Vincent Dubé. «Il est à la fois producteur et réalisateur. C'est deux chapeaux presque trop gros pour un être humain.»

La troupe revient d'un festival au Connecticut et participera à Montréal complètement cirque, qui vient de débuter. Par la suite, les Québécois ont le monde entier dans le viseur. Ils iront se produire pendant six mois dans des cabarets en Allemagne. Pour ce faire, le spectacle devra être adapté, mais c'est la solution qu'a trouvée Vincent Dubé pour garder ses artistes ensemble avant de pouvoir commencer une véritable tournée.

Pour l'instant, par contre, la troupe compte bien profiter du succès de sa production actuelle. «Je pense qu'on va le rouler longtemps», estime Frédéric Lebrasseur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer