Isabelle Têtu: la délinquante qui a bien viré

Isabelle Têtu vient en aide aux toxicomanes, aux... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Isabelle Têtu vient en aide aux toxicomanes, aux travailleuses du sexe, aux ex-détenus et aux personnes infectées par l'hépatite C et le VIH depuis près de 20 ans.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lauréate: Isabelle Têtu, infirmière praticienne à la clinique de proximité du boulevard Charest, dans Saint-Roch
Occasion: Elle a reçu un prix Florence dans la catégorie Prévention de la maladie, remis par l'Ordre des infirmières.

«Je suis probablement une délinquante qui a bien viré. Je ne sais pas trop», a lancé en riant Isabelle Têtu, infirmière praticienne ou superinfirmière, quand nous l'avons rencontrée à la clinique de proximité (sans médecin sur place) du boulevard Charest dans Saint-Roch.

Notre lauréate de la semaine vient de recevoir un prix Florence dans la catégorie Prévention de la maladie, qui est remis par l'Ordre des infirmières.

Mme Têtu vient en aide aux toxicomanes, aux travailleuses du sexe, aux ex-détenus et aux personnes infectées par l'hépatite C et le VIH depuis près de 20 ans. «Je devais avoir une fascination pour ce monde pour travailler auprès d'eux», a-t-elle suggéré.

Celle qui «a été élevée dans la ouate» a fait un parcours qui sort de l'ordinaire. Dans les années 90, cette fille de bonne famille de Charlesbourg était travailleuse de rue ou intervenante psychosociale après avoir obtenu un baccalauréat en service social. «Je n'étais pas dans la santé du tout. Je m'en allais vers les gens qui avaient des problèmes de délinquance», a-t-elle raconté.

Profession infirmière

Quelques années plus tard, elle décide de devenir infirmière tout en continuant son travail auprès des gens mal pris. «Je travaillais auprès de clientèles qui s'injectaient des drogues. Je voyais l'attitude des infirmières et des médecins à l'égard de ces gens et c'était décourageant. Avec le recul, j'ai compris que c'était un manque de connaissance et plusieurs préjugés, mais sur le coup, je ne pouvais pas croire que tu fasses ce métier et de recevoir des gens vulnérables comme ça», a-t-elle confié.

Par la suite, elle entreprend d'autres études pour une maîtrise en santé communautaire et une autre pour devenir infirmière praticienne, toujours en étant près des gens trop souvent incompris par le système de santé.

L'automne dernier, grâce à l'aide financière de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), la clinique de la coopérative SABSA a emménagé dans des nouveaux locaux avec plus d'heures de service. Jusqu'à maintenant, le projet est un succès. Près de 700 patients sont inscrits à la clinique et on compte 1690 visites. «La cible informelle du ministère après trois ans de pratique pour une infirmière praticienne est de 800 patients inscrits», a-t-elle souligné.

Elle est consciente que l'ouverture de la clinique, bien qu'elle soit mieux acceptée aujourd'hui, a bousculé un peu les chasses gardées de certains médecins. «Avant, le genre de travail que l'on fait était valorisé. Aujourd'hui, on dirait que c'est une menace. En passant à l'action, on a ébranlé les piliers du temple. Ça faisait huit ans qu'on chialait pour organiser les services», a-t-elle dit.

Heureuse, mais inquiète

Isabelle Têtu se réjouit du changement d'attitude par rapport à la clinique dans le milieu de la santé sans trop se faire d'illusions cependant. «Il y a une plus grande acceptation maintenant. On nous envoie les gens qu'ils ne prennent pas comme les jeunes familles immigrantes qui ne parlent pas français.»

Malgré les bons résultats, Isabelle Têtu est inquiète. Elle espère fortement que le ministre Gaétan Barrette sera tout aussi délinquant qu'elle et qu'il donnera suite à la demande de financement afin que la clinique puisse poursuivre ses activités à l'automne.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer