Jacques Desbois: un rêve glacé devenu réalité

La joyeuse équipe de l'Hôtel de glace... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La joyeuse équipe de l'Hôtel de glace

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le président-directeur général de l'Hôtel de Glace de Québec, Jacques Desbois, insiste tellement sur le mérite de son équipe dans le succès de son entreprise depuis 15 ans que lorsque joint par Le Soleil pour l'informer qu'il était le lauréat de la semaine, il a demandé si la récompense pouvait plutôt être attribuée à l'ensemble de ses artisans.

«Plus ça grandit, plus je rapetisse!» Jacques Desbois est ravi de ce constat. Si le destin lui fauchait la vie demain matin, il est convaincu que la somptueuse structure glacée s'érigerait quand même l'hiver prochain tant ses travailleurs y sont dévoués. «J'ai deux employés qui sont là depuis le début», illustre le jeune cinquantenaire, toujours émerveillé par la passion qui anime son équipe après autant d'années. Ceux qui ne font qu'une saison avec l'Hôtel de Glace ont aussi droit aux éloges.

Pour le 15e anniversaire de l'établissement hôtelier éphémère, il a notamment voulu rendre hommage à ses artisans et retracer son histoire. Une histoire qui a eu ses hauts et ses bas, comme toute entreprise. «C'est certain qu'il y a eu des périodes financières très difficiles», admetM. Desbois. Le déménagement de l'Hôtel de Glace de la Station touristique Duchesnay sur les terrains de l'ancien Jardin zoologique de Québec a été l'une d'elles. Des investissements de l'ordre d'un demi-million de dollars ont été nécessaires pour aménager les lieux. «J'avais un bail de 18 mois, et il fallait que j'amortisse sur cette période», explique le pdg. Dans la foulée, des décisions difficiles ont été prises, comme celle de réduire l'équipe permanente de 15 à 10 membres.

Changement salutaire

«Et tout ça, on voulait le faire sans altérer le produit.» Une condition sine qua non chaque fois qu'une nouveauté se pointe à l'horizon. Parce que pour Jacques Desbois, il est hors de question d'offrir aux clients une expérience diminuée. Le changement de location aura été finalement salutaire : pour sa première année dans Charlesbourg en 2011, l'Hôtel de Glace a connu une saison record d'achalandage. «C'était exaltant en même temps», souligne celui qui classe aussi cette importante étape dans la vie de l'hôtel dans la catégorie des «temps forts» de son aventure.

À ce chapitre, rien ne battra cependant le 31 octobre 2000, journée de la conférence de presse où le projet qui mûrissait déjà depuis plusieurs années a été dévoilé au grand public. «Après trois versions de mon plan d'affaires et quatre tentatives depuis 1996!» insiste l'entrepreneur qui avait déjà une entreprise récréotouristique de villages d'igloos. Le financement a été attaché en septembre pour un hôtel qui devait être construit pour... janvier! «Le pire scénario était de l'avoir à la fin de l'été», se rappelle le pdg. Il dit avoir été littéralement «aspiré dans un vortex» lors de l'an zéro de l'ère hôtel de glace.

Jacques Desbois ne s'est pas cassé la gueule et n'en est pas surpris, puisqu'il avait fait ses devoirs avant de se lancer dans l'eau glacée. «Si quelqu'un pouvait faire l'Hôtel de Glace, c'était bien M. Igloo!» argue celui qui s'est rendu en Suède, où un établissement comme celui qu'il souhaitait construire connaissait déjà du succès. S'il a souvent flirté avec l'idée d'exporter le produit dans d'autres villes nord-américaines, notamment dans l'Ouest canadien, le pdg n'a plus ce projet dans les cartons.

C'est plutôt celui qu'il a soumis à la Société des établissements de plein air du Québec pour l'installation permanente des terrains du zoo qui l'occupe. Un agrandissement? Une version estivale? Il refuse catégoriquement d'en révéler le moindre détail, se contentant de faire valoir que l'Hôtel de Glace est bien placé pour remporter le concours, puisqu'il fait ses preuves année après année. Comme le ou les projets sélectionnés seront connus en juin, cela laisse amplement le temps au pdg de se préparer, puisque c'est seulement en 2017 qu'on devrait voir les nouveaux locataires choisis sur le site de Charlesbourg. Disons que Jacques Dubois en a vu d'autres.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer