Hugo Laporte: l'audace du baryton

C'est à l'invitation d'une professeure que Hugo Laporte... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

C'est à l'invitation d'une professeure que Hugo Laporte a décidé de se tourner vers le chant. Le jeune baryton rêve entre autres de jouer Figaro dans Le barbier de Séville.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À 23 ans, le baryton Hugo Laporte, de l'Université Laval, vient de remporter le plus grand concours national d'interprétation au Canada, tenu par l'Orchestre symphonique de Montréal.

Le concours, dont les catégories (chant, bois, cuivres, etc.) changent chaque année, célébrait son 

75e anniversaire.

Parmi 108 candidats, neuf sont passés en demi-finale où le baryton de Québec a choisi d'interpréter trois mélodies de Ravel, un cycle de mélodies du compositeur québécois Denis Gougeon et un air de l'opéra Lucia di Lammermoor de Donizetti. À la finale, alors qu'ils n'étaient plus que trois, Hugo Laporte a misé le tout pour le tout avec un air «de sept minutes, assez corsé et difficile», note Laporte, tiré de l'opéra Don Carlos de Verdi.

Comme le rôle est généralement interprété par des chanteurs à la voix beaucoup plus mature, le jury s'est inquiété de voir le jeune chanteur rater son coup... avant d'être complètement conquis.

Il a ensuite gagné le Grand prix, toutes catégories confondues, qui comprend 15000 $ en bourse, un concert avec l'OSM en avril, un récital au Centre d'arts d'Orford, un concert au Centre national des arts, un enregistrement audio professionnel dans les studios de Radio-Canada et sa diffusion sur les ondes d'ICI Musique, un concert à St. John's, Terre-Neuve avec le Newfondland Symphony Orchestra, un récital à Yellowknife et une tournée de concerts en Amérique du Nord cet été avec le YOA Orchestra of the Americas.

Formation variée

Le jeune homme a joué du violon, puis de la trompette, avant de se tourner vers le chant à l'invitation d'une professeure. Après trois ans en chant au Cégep de Sainte-Foy, il choisit cependant de s'inscrire en musicologie plutôt qu'en interprétation. Il se trouve toutefois, au gré des opportunités et des encouragements, à participer à beaucoup de récitals, et décide de faire le grand saut en chant interprétation il y a un an. L'élève de la soprano Patricia Fournier remporte, au printemps dernier, le premier prix au Concours de musique du Canada, dont la finale se tenait à la salle Henri-Gagnon de l'Université Laval.

Pour le jeune baryton, «les concours permettent d'acquérir de la crédibilité et de se faire connaître» plus rapidement et auprès de davantage de gens du milieu que le passage direct à la carrière.

S'il aimerait bien jouer Figaro dans Le barbier de Séville, le chanteur a toutefois un penchant assumé pour la mélodie française du tournant du XXe siècle et les oeuvres de Mozart.

«J'aime de plus en plus chanter en solo. Avant, j'étais au service de l'oeuvre, point final, mais maintenant, je sens se développer une communication, une connexion avec le public et le côté interprétation, ce que j'apporte à l'oeuvre, se développe», remarque-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer