Dan Brault: peintre de demain

Le peintre Dan Brault attire de plus en... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le peintre Dan Brault attire de plus en plus l'attention des conservateurs de musée et des collectionneurs d'art actuel.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En plongeant dans les tableaux cosmiques de Dan Brault, on ne peut s'empêcher de penser qu'il était prédestiné à être sélectionné par les «100 peintres de demain». D'autant plus qu'il a du talent, beaucoup de talent, et qu'il attire de plus en plus l'attention des conservateurs de musée et des collectionneurs d'art actuel.

100 Painters of Tomorrow est un concours imaginé par Kurt Beers, qui dirige la galerie londonienne Beers Contemporary. «Un chic type, pas prétentieux, qui aime vraiment la peinture et qui voulait prendre le pouls de ce qui se fait en art hors des grands centres culturels», indique Dan Brault.

Le concours a donné lieu à la publication d'un imposant ouvrage aux éditions Thames & Hudson ainsi qu'à des expositions d'envergure à Londres et à New York. La première se poursuit jusqu'au 17 janvier, la seconde, dont faisait partie Dan Brault, s'est terminée samedi.

«On voit passer beaucoup de concours, et ce qui m'a convaincu de participer à celui-là, c'est le jury, composé de commissaires de grands musées dans le monde, de critiques d'art et d'artistes connus. Avoir la chance que ces gens-là voient mon travail, c'était inespéré», explique le peintre.

Celui-ci avait vaguement l'impression de lancer une bouteille à la mer en posant sa candidature. Mais voilà, son nom a été retenu par les 4300 applications venant de partout dans le monde pour une présélection de 400 candidats, puis parmi les 100 lauréats. Il est le seul Québécois du groupe, qui compte quelques Canadiens.

Garder les pieds sur terre

Quatre pages de l'ouvrage lui sont consacrées. M. Beers compare son travail, alimenté par des expériences de vie marquantes et grisantes, avec celui de Kandinsky, inspiré par l'effervescence de la musique.

Malgré tout, Dan Brault garde les pieds sur terre : «Plus jeune [il a 35 ans], j'aurais eu l'impression que ça allait lancer ma carrière à l'international, mais maintenant je sais que c'est une belle expérience de plus. Continuer de peindre, de chercher, c'est ce qui compte, finalement.»

À Québec, on a pu voir des oeuvres de Dan Brault au Musée national des beaux-arts, à l'OEil de Poisson, à Regart et à la Foire en art actuel. En 2011, plusieurs de ses toiles ont été exposées à la Biennale de Sharjah aux Émirats arabes unis, l'année suivante au FestivalCultural de Mayo de Guadalajara au Mexique et tout récemment au Musée des arts de Belém, en Amazonie brésilienne.

On peut se procurer le livre sur le Web à http://100paintersoftomorrow.com et sur Amazon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer