Christian Racicot: l'avocat qui attire les riches financiers

Christian Racicot attire les financiers et les grands... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Christian Racicot attire les financiers et les grands gestionnaires de fonds pour une conférence à Québec depuis une dizaine d'années. Humble, il  insiste : «N'importe qui aurait pu faire ça.»

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «N'importe qui aurait pu faire ça. Je ne pense pas avoir une force de persuasion particulière.»

Christian Racicot est cet avocat d'affaires qui tire les ficelles de la Conférence de Québec, qui, depuis une dizaine d'années, accueille au Château Frontenac les bonzes des sociétés de capital de risque et d'investissement, des fonds de pension et des fonds souverains, ainsi que des investisseurs stratégiques et de grands gestionnaires de fortunes familiales.

Des superstars de l'investissement privé triées sur le volet, venant, entre autres, de la Chine, des Émirats arabes et des États-Unis, et qui gèrent des portefeuilles de plus de 8000 milliards $ US.

L'une des créations de la Conférence de Québec - la Table ronde des investisseurs institutionnels - vient d'établir son siège corporatif à Paris dans les bureaux de la Caisse des Dépôts et Consignations, le pendant français de notre Caisse de dépôt et placement.

Le président, François Hollande, était présent à l'inauguration. Il a même invité Christian Racicot à un dîner privé à l'Élysée.

Le fondateur du bureau de Québec du cabinet d'avocats BCF le répète et insiste : «N'importe qui aurait pu faire ça.» 

Il était d'ailleurs surpris que Le Soleil et Radio-Canada veuillent faire de lui un lauréat. «Je ne pensais pas que ça allait m'arriver un jour. Je suis très honoré. Vous savez, moi, je suis plutôt très low profile

Capitaux de risque

Alors qu'il épaulait des entrepreneurs de Québec dans leur quête de billets verts pour le financement de leurs découvertes technologiques, Christian Racicot constate qu'un mur infranchissable se dresse devant eux. L'absence de capitaux de risque freine le démarrage de nouvelles entreprises.

«Quand il y a un problème, il faut l'affronter et y trouver une solution», affirme l'avocat à la mentalité d'entrepreneur.

Un jour, il passe un coup de fil à un avocat de Boston - Stephen Hurwitz - qu'il ne connaît que de réputation pour l'inviter, lui et quelques investisseurs américains, à venir rencontrer des entrepreneurs de Québec pour leur refiler quelques bons tuyaux sur l'art de séduire les financiers.

Ça allait être les premiers pas de la Conférence de Québec que MM. Racicot et Hurwitz ont cofondée en 2001.

«Ce qui intrigue le milieu financier, ce n'est pas que l'événement se tienne à Québec, mais qu'une telle conférence annuelle existe», note Christian Racicot.

Les leaders de l'écosystème international de l'investissement privé n'échangent que rarement entre eux et, s'ils le font, ils veulent que ça donne des résultats. Pas le temps pour le placotage.

Retombées pour Québec

Par l'entremise de la Table ronde des investisseurs institutionnels, par exemple, les grands investisseurs de long terme se rencontrent pour accroître le niveau de collaboration entre eux et pour considérer de nouveaux modèles de co-investissement.

Pour en arriver à la création de ce forum, Christian Racicot est parvenu à convaincre les dirigeants du fonds de placement financier d'Abu Dhabi - qui gèrent des actifs estimés à plus de 875 milliards $US - de faire équipe avec des collègues de la Chine, de la Russie, de l'Australie et de la France, et d'en devenir les membres fondateurs.

Il y a des retombées des travaux de ce forum et de la Conférence de Québec en général. Certaines sont publiques, comme la création, en 2010, du Russian Direct Investment Fund, un fonds de 2 milliards $ géré par la Chine et la Russie pour favoriser l'investissement chinois au pays de Vladimir Poutine. D'autres résultats demeurent confidentiels.

Et Québec réussit à tirer son épingle du jeu, assure Christian Racicot. La capitale n'est plus une inconnue pour le grand monde de l'investissement privé international.  «C'est logique que tout ça se tienne à Québec. Nous en avons besoin plus qu'ailleurs. Nos rapports avec les milieux financiers internationaux sont encore récents.»

Animateur des séances de travail de la Table ronde des investisseurs institutionnels, Christian Racicot est évidemment dans le secret des dieux. Son réseau de contacts à travers la planète est assurément impressionnant.

Sa capacité de persuasion, finalement, ne doit pas être si mauvaise!

«Je fais mes devoirs. Je prends des risques. Je monte toujours une marche pour éventuellement en monter une autre.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer