Pierre-Yves Gigou: la crème des Ironman

Pierre Gigou avait obtenu son laissez-passer pour Hawaii... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pierre Gigou avait obtenu son laissez-passer pour Hawaii en terminant parmi les trois premiers chez les 25-29 ans à Mont-Tremblant.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Qui: Pierre-Yves Gigou, triathlonien amateur adepte des épreuves de type Ironman. Il est aussi entraîneur adjoint de l'équipe du Rouge et Or de triathlon.

Occasion: Il a terminé troisième chez les 25-29 ans du triathlon Ironman d'Hawaii. Sa performance lui a permis de prendre le 39e rang au classement général et d'être le meilleur Canadien.

Pierre-Yves Gigou ne pouvait choisir une meilleure manière de mettre un point final à sa carrière chez les amateurs. Troisième dans la catégorie des 25-29 ans au légendaire triathlon Ironman d'Hawaii, il a terminé au 39e rang du classement général grâce à un chrono de 9h06 min 21s. Aucun autre Canadien n'a réussi à se classer dans le top 70.

«Finir une partie de ma carrière d'athlète sur une telle note, c'est vraiment super», a raconté lors d'une conversation téléphonique Gigou, en vacances en Espagne où il fait du vélo-camping à travers le Costa Brava et les Pyrénées. «Et ça augure bien pour la suite des choses chez les professionnels.»

L'athlète de 27 ans a mentionné qu'il ne savait vraiment pas à quoi s'attendre à Hawaii, mais qu'il ne pensait pas pouvoir faire aussi bien. «J'avais été perturbé pendant tout l'hiver par des blessures et mon niveau de performance n'était revenu qu'au mois d'août. Je visais donc une place entre le 70e et le 50e rang.»

Bien que très satisfait de sa performance, Gigou a avoué ressentir quelques regrets. Il a expliqué que lors de l'Ironman d'Hawaii de 2012, il avait été victime d'un énorme coup de chaleur à 10 km de la fin de l'épreuve de course à pied. Une expérience traumatisante à laquelle il n'a pu arrêter de penser alors qu'il courait cette année.

«J'ai eu de la difficulté à me mettre mentalement dans une zone de douleur. Et ce n'est qu'à la toute fin du marathon que j'ai pu commencer à pousser la machine. J'ai raté la deuxième place de mon groupe d'âge par neuf secondes sur une épreuve de neuf heures. C'est quand même rageant.»

Championnat

Ne participe pas qui veut au triathlon Ironman d'Hawaii. Cette compétition considérée comme le championnat du monde de la spécialité ne réunit que des athlètes s'y étant qualifiés dans leur catégorie lors des épreuves du circuit mondial de triathlon Ironman. À Hawaii, Gigou a affronté la crème de la crème, dont une cinquantaine de professionnels. Il avait obtenu son laissez-passer pour Hawaii en terminant parmi les trois premiers chez les 25-29 ans à Mont-Tremblant. 

Mais qu'est-ce donc qui pousse un athlète à affectionner le triathlon de type Ironman, une épreuve composée de 3,86 km (2,4 milles) de natation, de 180,2 km (112 milles) de vélo et de 42,1 km (26,2 milles) de course à pied?

«Ce que j'aime, c'est le dépassement personnel. C'est la possibilité d'aller au bout de mes limites et de les repousser à chaque fois. Dans ce genre d'épreuve, chaque seconde compte. Un Ironman, c'est vraiment une course contre la montre incroyable.»

Chez les professionnels

C'est chez les professionnels que Gigou compétitionnera à compter de la saison 2015.  Son nouveau statut ne signifiera cependant pas qu'il vivra de son sport. Bien au contraire. Il devra occuper un emploi en parallèle à sa carrière de triathlonien.

«Je pense cependant être rendu à un niveau qui me permettra de couvrir toutes mes dépenses de voyage et de faire un peu d'argent», a mentionné Gigou, qui touchera dorénavant les bourses reliées à ses bonnes performances. De plus, son statut lui permettra d'amorcer ses épreuves une trentaine de minutes avant les amateurs. Il sera alors constamment défié par des athlètes de son calibre. «Mais je ne m'attends pas de gagner entièrement ma vie grâce au triathlon. Ça, ça va passer par la recherche de commanditaires.» Gigou a conclu en disant qu'il ne participerait pas au Ironman d'Hawaii en 2015 et qu'il opterait plutôt pour d'autres épreuves du circuit mondial. «Mais c'est mon objectif d'y retourner dans trois ou quatre ans et d'y réaliser un gros coup comme un top 15, une performance qui serait le rêve d'une vie.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer