Jean Lafrance, un batailleur

Depuis maintenant 15 ans, Jean Lafrance aide des... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Depuis maintenant 15 ans, Jean Lafrance aide des adolescents de 14 à 20 ans à reprendre leur vie en main. Plus de 600 d'entre eux ont bénéficié du soutien des OEuvres Jean Lafrance.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Lauréat: Jean Lafrance

 

Occasion: il fait partie des Grands Québécois 2013 de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec

Homme de coeur, homme engagé, homme de foi. Jean Lafrance est tout ça. Mais il est avant tout celui qui défonce des portes, qui refuse de voir les problèmes prendre le dessus, et qui croit à la possibilité de modifier le cours de la vie quand elle est partie «tout croche», pourvu que le principal intéressé y croie lui-même.

L'honneur était déjà grand d'être nommé Grand Québécois par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec pour l'année 2013 dans le domaine social, le prêtre se montre également touché de voir cette reconnaissance s'étendre au Soleil et à Radio-Canada. Car c'est sur toute une équipe que rejaillit cette notoriété, des travailleurs et des bénévoles qui, comme lui, sont engagés dans les OEuvres Jean Lafrance.

Depuis maintenant 15 ans, l'organisme qui travaille en partenariat avec la Fondation du Centre jeunesse de Québec aide des adolescents de 14 à 20 ans à reprendre leur vie en main. Ils sont plus de 600 à être passés pour des durées plus ou moins longues par la grande maison Au pied de la pente douce. D'ailleurs, des dizaines de photos se relaient régulièrement sur le mur du grand escalier de bois de l'ancien presbytère pour témoigner de ces passages.

Ici, une seule condition pour être admis: être prêt à s'engager. «Ce sont des jeunes qui se sont engagés dans toutes sortes d'affaires sauf à prendre leur vie en main», observe-t-il lors d'une rencontre dans son grand bureau encombré par les papiers et les cadeaux de Noël. Sur un fauteuil, le chien cocker Junior roupille, indifférent au va-et-vient dans le corridor.

Pour le fondateur du magasin Partage, une autre de ses oeuvres qui dure celle-là depuis 35 ans, la ligne à suivre est claire : aller à l'école, s'ouvrir aux autres et faire du sport. Ici, c'est le karaté qui est imposé à ces garçons bourrés de testostérone et d'agressivité. Aime, aime pas, ils en font.

Dans les débuts, les OEuvres Jean Lafrance se sont ouvertes aux filles, mais l'ancien vicaire a vite réalisé que son style direct convenait mieux aux garçons. «Ma force est là», aussi bien se concentrer sur ça, dit-il.

Donner des rêves

À ces garçons référés par la Direction de la protection de la jeunesse, Jean Lafrance «donne des rêves». Et pour y arriver, il n'accepte aucune barrière. Il a une entente avec le Collège Champigny pour ceux qui ont besoin d'une école privée. Une autre avec le centre de ski de Stoneham pour skier gratuitement. «Je combats les préjugés», aime-t-il à dire. Ce n'est pas parce qu'il n'a pas d'argent qu'un jeune n'a pas le droit à un iPhone comme les autres.

Les gars, qui en ont bavé, font des voyages humanitaires pour aller constater que la vie est parfois encore plus «rough» ailleurs. Après Noël, ils seront 11 à partir avec des éducateurs au Mexique. Et ils n'ont pas à se montrer «sages» pour y aller. Jean Lafrance croit justement que ce sont de telles expériences qui peuvent transformer les plus durs.

Pour huit garçons à la fois, la maison Au pied de la pente douce est aussi leur maison, celle où ils ont une vie de famille. «Huit, c'est assez, il faut pas oublier qu'en plus de leurs problèmes, ils sont tous en crise d'adolescence!»

En tout temps, des adultes sont sur place, mais Jean Lafrance n'habite plus lui-même la grande maison communautaire. Lui qui semble ne rien faire comme tout le monde est sûrement l'un des rares prêtres du Québec à être papa. Une histoire d'amour qui a transformé sa vie il y a une dizaine d'années, quand un adolescent de la maison âgé de 16 ans lui a demandé de devenir son père. L'adoption s'est faite en bonne et due forme, le prêtre est parti vivre sa vie de parent avec son fils. Aujourd'hui, le jeune homme est marié et le prêtre a un petit-fils de quatre ans. À Noël, ils seront réunis, avec la maman et les soeurs de son fils, ainsi que quelques jeunes sans parents. «Une vraie fête de famille», se réjouit-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer