Des airs de retrouvailles à l'hôtel de ville

Plusieurs personnes ont attendu patiemment l'ouverture des portes... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Plusieurs personnes ont attendu patiemment l'ouverture des portes de l'hôtel de ville de Québec pour pouvoir rendre un dernier hommage à Jean-Paul L'Allier, qui était exposé en chapelle ardente vendredi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Jean-Paul L'Allier 1938-2016

Politique

Jean-Paul L'Allier 1938-2016

L'ex-maire de Québec, Jean-Paul L'Allier, est décédé dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016. »

(Québec) L'exposition en chapelle ardente des cendres de Jean-Paul L'Allier a pris des airs de retrouvailles entre ex-employés municipaux, venus vendredi rendre un dernier hommage à leur ancien collègue et maire.

Le Soleil y était et peut témoigner de l'atmosphère nostalgique, quoique sereine, qui régnait dans les couloirs de l'hôtel de ville alors que s'y retrouvaient bon nombre d'anciens collègues heureux de se revoir après tant d'années, malgré les circonstances dramatiques.

«Bonne année!» se sont lancé plusieurs d'entre eux, se souhaitant «de la santé» en pensant à M.L'Allier, dont la santé a failli sans crier gare.

Dans la file indienne qui mène à la salle du conseil - Le Soleil a dû patienter une vingtaine de minutes avant de pouvoir y entrer-, l'heure était au recueillement. Mais un recueillement plutôt paisible, durant lequel au lieu de pleurer la disparition d'un grand homme, on saluait les réalisations qu'il a menées à bien pour la ville de Québec.

Dans la salle du conseil, une photographie le montrant souriant accompagnait la sobre urne du défunt, placée en plein centre de la pièce.

Ami de la culture

Pour André Fortier, qui était jusqu'en 2008 président du conseil d'administration du Théâtre de la Bordée, il était tout naturel de se déplacer pour rendre hommage à l'ancien maire de Québec.

 «M. L'Allier est un grand supporteur de la culture à Québec, il est aussi un des principaux instigateurs de l'arrivée de La Bordée sur la rue Saint-Joseph, alors que tout le théâtre se déroulait en haute ville. [...] Même après [avoir quitté le C. A.], on est invité aux premières, et M. L'Allier était toujours présent, ou très souvent présent. Et c'était toujours un plaisir de le côtoyer et d'échanger avec lui.»

Aux yeux de Johanne Jutras, une citoyenne de Québec depuis 1990, le plus grand impact du passage de Jean-Paul L'Allier à la mairie de Québec aura été la mise en place d'une meilleure démocratie municipale. «Avant, il y avait beaucoup de fermeture à la Ville de Québec. C'était comme un noyau qui gouvernait la ville, alors qu'avec le maire L'Allier, avec les conseils de quartier, on avait l'impression que les citoyens avaient le droit de parole. Et dans une ville de Québec, c'est très important.»

Au total, quelques centaines de personnes se sont présentés à l'hôtel de ville entre 14h et 15h vendredi, alors qu'y étaient exposées en chapelle ardente jusqu'à 20h les cendres de M. L'Allier. Précédemment, le maire Régis Labeaume et plusieurs conseillers municipaux avaient fait de même, au moment où une soixantaine de citoyens attendaient déjà patiemment l'ouverture des portes de l'hôtel de ville.

Y étaient notamment Huguette et Monique Giroux, les cousines du défunt. «Ça s'est passé très vite», témoigne Huguette Giroux à propos de la détérioration de l'état de santé de son cousin. Et bien qu'elle se soit éloignée de son cousin au fil du temps, les larmes lui montent aux yeux lorsqu'elle se remémore leurs souvenirs d'enfance. Même chose pour sa soeur Monique, qui peine à retenir ses larmes lorsqu'elle dit : «C'est un grand homme. Il va laisser beaucoup, beaucoup.»

Ce qu'ils ont dit...

«C'est un homme qui avait de la vision. [...] Avant, il y avait beaucoup de fermeture à la Ville de Québec. C'était comme un noyau qui gouvernait la ville, alors qu'avec le maire L'Allier, avec les conseils de quartiers, on avait l'impression que les citoyens avaient le droit de parole. Et dans une ville de Québec, c'est très important.»

- Johanne Jutras, citoyenne de Québec

«À quelques occasions, je le voyais. Il avait un petit carton 3 x 5, avec trois, quatre mots, et avec ça, il était capable de parler 20 minutes, 30 minutes. C'est formidable! Tout était tellement bien construit dans ses phrases. Il savait où il allait.»

- André Fortier, ancien président du conseil d'administration du Théâtre de la Bordée

«J'ai toujours trouvé que c'était un homme droit et franc. Il était honnête. Lui, c'était oui ou non. Et il aimait la ville de Québec, c'est définitif!»

- Huguette Giroux, cousine de Jean-Paul L'Allier

«Moi, ce que j'ai retenu [de lui], d'abord, c'est un charmant homme, mais le jardin de Saint-Roch. Je ne reste pas loin de là, et l'été, c'est rempli de monde! C'est côtoyé régulièrement. J'aurais bien voulu aussi qu'il réussisse ses grands escaliers, s'il avait eu l'argent. J'aurais bien aimé que ça se réalise.»

- Françoise Sylvain, citoyenne de Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer