L'héritage économique de Jean-Paul L'Allier

En 2002, le maire Jean-Paul L'Allier avait fait... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

En 2002, le maire Jean-Paul L'Allier avait fait appel à Jean Leclerc (à gauche) et à Éric Dupont (à l'extrême droite) lors de la création de la Corporation de développement économique métropolitain (CODEM). Aussi sur la photo, Rosaire Bertrand, alors ministre régional.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Jean-Paul L'Allier 1938-2016

Politique

Jean-Paul L'Allier 1938-2016

L'ex-maire de Québec, Jean-Paul L'Allier, est décédé dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016. »

(Québec) Un visionnaire. Un facilitateur.

Ces deux qualificatifs reviennent constamment dans les hommages rendus, mardi, à Jean-Paul L'Allier par les représentants de la communauté d'affaires de Québec interrogés par Le Soleil. Maire de Québec de 1989 à 2005, M. L'Allier est décédé, dans la nuit de lundi à mardi, victime d'une endocardite.

Si le maire actuel de Québec, Régis Labeaume, est issu du milieu des affaires, ce n'était pas le cas de Jean-Paul L'Allier qui était davantage associé au monde de la politique, de la diplomatie et de la culture.

«L'univers des nouvelles technologies, ce n'était pas son fort», témoigne Jean-Guy Paquet, ancien recteur de l'Université Laval et actuel président du conseil d'administration de l'Institut national d'optique (INO). «J'ai dû initier ce littéraire aux technologies, à la place prépondérante qu'elles prendront dans nos vies et à la nécessité de s'ouvrir à elles pour assurer notre développement économique.»

«Quand il se sentait inconfortable sur un sujet, il allait chercher de l'expertise. Il consultait. Il écoutait. Il cherchait le consensus. Puis, il se faisait une tête. Ensuite, il allait défendre sa vision», raconte Éric Dupont, cofondateur, entre autres, d'AEterna Zentaris, d'Atrium Innovations et d'Immanence Intégrale Dermo Correction.

En 2003, à la demande du maire L'Allier, Éric Dupont avait coprésidé, avec Jean Leclerc, la nouvelle Corporation de développement économique métropolitain. La création de la CODEM - qui allait devenir Québec International - marquait un tournant dans la vie économique de Québec puisqu'elle était le fruit d'un regroupement des principaux organismes de développement économique. Ça se passait un an après la naissance de la nouvelle ville fusionnée de Québec.

Pour le Dr Fernand Labrie, le président du conseil d'administration de Québec International, la région de la Capitale-Nationale ne connaîtrait pas autant de succès aujourd'hui sur la scène économique si son maire, il y a une dizaine d'années, n'avait pas donné le signal de la nécessité d'un regroupement des forces économiques régionales.

«Sans les fusions, Québec ne serait pas la ville qu'elle est devenue aujourd'hui», affirme le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut. «C'est vrai au plan politique, c'est vrai aussi au plan économique.»

Trop de place à la culture?

Les détracteurs de Jean-Paul L'Allier l'ont souvent accusé d'être un maire un brin trop «culturel».

Alain Aubut et Éric Dupont ne partagent pas cet avis.

Pour eux, les nombreux investissements dans les équipements culturels dont le Palais Montcalm, et pour l'aménagement urbain ne représentent pas de l'argent tiré par les fenêtres ou encore des cadeaux offerts à quelques privilégiés.

Ils rappellent que Québec est une ville de culture et que d'investir en culture, c'est aussi du développement économique. «Combien de touristes visitent Québec parce que la ville est belle et qu'elle fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO?»

«Jean-Paul L'Allier a toujours cru qu'il était possible de développer la ville en misant sur la culture et les nouvelles technologies», signale Jean-Guy Paquet.

La ville de Québec est jumelée à Xi'an... (Archives Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

La ville de Québec est jumelée à Xi'an en Chine. En 1999, une délégation s'y est rendue. De gauche à droite, Claude Larose, Jean-Paul L'Allier, Roland Arpin (aujourd'hui décédé), Jean-Guy Paquet et Jacques Jobin.

Archives Le Soleil

Revitalisation de Saint-Roch

Au-delà de la fusion des organismes économiques, l'apport de Jean-Paul L'Allier s'est aussi manifesté dans le développement et la croissance du Parc technologique du Québec métropolitain et de l'INO, fait remarquer M. Paquet.

C'est surtout la revitalisation du quartier Saint-Roch qui constituera, de l'avis de nos interlocuteurs, le plus bel héritage économique de Jean-Paul L'Allier.

Dans ce dossier, il a assumé le leadership et a convaincu le gouvernement péquiste de l'époque de mettre en place, en 1999, le Centre national des nouvelles technologies de Québec.

«Nous avons alors vu apparaître dans ce quartier l'émergence d'un nouveau tissu entrepreneurial», signale Alain Aubut.

«Il a créé les conditions gagnantes pour susciter l'implantation d'entreprises issues de la nouvelle économie. Pas seulement des petites boîtes technos, mais aussi des entreprises de la taille d'Ubisoft ou de CGI.»

Au Soleil, Jean-Guy Paquet n'a pas caché sa douleur de perdre son «grand ami» avec lequel il avait collaboré étroitement au cours des dernières années. Ils siégeaient au sein du Conseil de l'Ordre national du Québec.

«J'ai vraiment de la peine. C'était un grand ami. On se voyait plusieurs fois par année. C'est la fin.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer