La CAQ blâme le mouvement «anybody but Pauline»

La réélection des deux vedettes locales, Éric Caire... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La réélection des deux vedettes locales, Éric Caire (La Peltrie) et Gérard Deltell (Chauveau), a donné lieu aux premières manifestations de joie à la Cage aux Sports de Beauport.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections québécoises

Politique

Élections québécoises

Les Québécois sont appelés aux urnes le 7 avril. »

(Québec) La Coalition avenir Québec (CAQ) a attribué au mouvement «anybody but Pauline» ses résultats mitigés dans la région de Québec à l'élection de lundi.

Le triomphe a été tardif à la Cage aux sports de Beauport, où environ 150 militants caquistes s'étaient donné rendez-vous pour la soirée. La réélection des deux vedettes locales, Éric Caire (La Peltrie) et Gérard Deltell (Chauveau), a donné lieu aux premières manifestations de joie. Les autres sont venues plus tard, quand il est apparu évident que Christian Dubé conservait Lévis et que le 450 compensait les pertes encaissées à Québec.

M. Caire a résumé la surprise et la déception des troupes. «Il y a 18 mois, on chassait le gouvernement libéral et là, on le reporte majoritaire. [...] La question que je me pose, c'est est-ce qu'il y aura déjà des scandales dans ce gouvernement avant que les ministres soient assermentés?» a-t-il demandé, l'air grave.

Son collègue Gérard Deltell a constaté qu'«il y a bien des gens qui ont été séduits par l'approche disant "anybody but Pauline"» dans la région de Québec.

«L'appel au vote stratégique a marché pour bloquer les péquistes à Québec. Il n'y a pas d'autre explication que ça. Il y a un certain nombre de nos votes qui se sont transférés aux libéraux, ce qui fait qu'ils ont passé par-dessus nous dans plusieurs comtés», a renchéri Sylvain Lévesque, député sortant de Vanier, qui se retrouve sans emploi. Il n'a pas voulu pointer les radios commerciales, qui ont «canalisé la peur du référendum» des Québécois, selon lui.

Les candidats élus comme défaits ont d'ailleurs tous eu cette impression qu'il leur manquait quelques jours de campagne pour sortir du discours référendaire et faire valoir le message caquiste.

Gérard Deltell, qui était leader parlementaire jusqu'à l'élection, a promis de former une deuxième opposition aussi «vigilante» et «pugnace» qu'en situation minoritaire. Il a réitéré toute sa confiance à François Legault. Doit-il rester? «You bet», a-t-il répondu du tac au tac.

Quand le chef caquiste a annoncé qu'il allait siéger à l'Assemblée nationale pour les quatre prochaines années, l'ambiance s'est d'ailleurs réchauffée à la Cage aux sports. Un sommet d'enthousiasme et de décibels a toutefois été atteint lors de l'annonce de la défaite probable de Pauline Marois dans Charlevoix.

**************

Christian Dubé... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Christian Dubé

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Un vote pour sortir le PQ, selon Christian Dubé

Le député caquiste de Lévis, Christian Dubé, a expliqué, lundi soir, le résultat de l'élection par la volonté d'une grande majorité des Québécois de ne pas reconduire le Parti québécois (PQ) au pouvoir.

«Les gens ont voté contre le Parti québécois et ce n'est pas un vote pour le Parti libéral. Ils [Parti québécois] ont martyrisé l'économie. Ils n'ont pas tenu leurs promesses. Les gens ont eu absolument raison de sortir ce parti par la grande porte», a-t-il commenté.

M. Dubé a laissé entendre que la décision de la chef du PQ de déclencher une élection était téméraire. «Elle a pris un risque. Elle a joué avec la population. Elle a voulu être opportuniste. Cela lui a rebondi dans la figure. Elle a eu ce qu'elle mérite», a-t-il dit.

Le député caquiste, qui a été réélu, est déçu toutefois de l'élection du Parti libéral, tout en disant respecter le choix démocratique des électeurs québécois. «Ce n'est pas une bonne idée de remettre le Parti libéral majoritaire. Demain [mardi] matin, on recommence la commission Charbonneau. Les gens vont se rendre compte que c'était peut-être pas la bonne chose d'arrêter la commission», a-t-il dit.

M. Dubé s'est réjoui de l'élection de nouveaux députés de la Coalition avenir Québec (CAQ). «Nous avons plus de députés. Nous avons plus de profondeur», a-t-il souligné.

À son avis, la performance du chef de la CAQ, François Legault, lors des débats télévisés a été un facteur déterminant durant la campagne, alors que les sondages plaçaient cette formation politique loin derrière, en troisième place au début de la campagne.

Lundi soir, il a fallu attendre près de deux heures avant d'avoir la confirmation de la réélection de M. Dubé. Bien qu'un réseau de télévision ait annoncé l'élection de son adversaire libéral dans un premier temps, M. Dubé a gardé bon espoir de l'emporter. Il semble que les premiers bulletins étaient ceux du vote par anticipation.

Le candidat de la CAQ a obtenu 41 % des voix, soit un peu plus qu'en 2012. Le candidat libéral a également fait un gain à 34 % alors que le vote en faveur du PQ a reculé à 16,5 %.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer