Couillard «déteste» le gouvernement Marois «qui divise»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections québécoises

Politique

Élections québécoises

Les Québécois sont appelés aux urnes le 7 avril. »

(Québec) Philippe Couillard a commencé mercredi sa campagne électorale d'une façon résolument offensive pour «mettre à la porte un gouvernement toxique» qu'il «déteste».

Philippe Couillard mènera clairement sa campagne vers des... (La Presse Canadienne) - image 1.0

Agrandir

Philippe Couillard mènera clairement sa campagne vers des préoccupations économiques, parlant notamment d'emploi, d'aide aux entreprises et d'investissement dans ce premier discours à forte teneur économique.

La Presse Canadienne

Le chef libéral a livré des discours au ton particulièrement musclé tant en matinée à l'Assemblée nationale qu'en début de soirée devant des militants réunis à Espace 400e.

En avant-midi, surtout, alors qu'il a qualifié de «toxique» le gouvernement de Pauline Marois, qui venait de déclencher des élections pour un scrutin le 7 avril.

M. Couillard a martelé qu'il mènera sa campagne sur «les vraies affaires» que sont à ses yeux l'économie, l'emploi, la santé et l'éducation. Mais surtout pas la «division» amenée par la charte des valeurs québécoise pour celui qui n'a pas mâché ses mots contre le Parti québécois (PQ). «L'identité au Québec, elle est forte. Je déteste ce gouvernement qui prend l'habitude de nous peindre comme des gens menacés, des gens faibles, qui ont besoin pour être protégés d'éloigner les femmes notamment du marché du travail, des médecins des hôpitaux, des éducatrices», a-t-il illustré. «On n'est pas faibles, notre identité, elle est là depuis 400 ans.»

M. Couillard a sensiblement repris le même discours en début de soirée devant environ 250 militants réunis dans le Vieux-Port de Québec, où il a adressé cet appel au rejet de la «division», aux jeunes en particulier. «Ces jeunes pour qui le monde entier est ouvert, pour qui la diversité est un actif. Dites-le haut et fort, on veut construire votre Québec, celui que vous dirigerez demain, et on a besoin de vous maintenant.»

Questions des journalistes

Adoptant un ton combatif, Philippe Couillard a lancé plusieurs flèches au gouvernement de Pauline Marois, contre lequel son parti représente «la seule véritable alternative», estime-t-il. «Un vote pour la CAQ [Coalition avenir Québec] est un vote pour le PQ», a illustré celui qui dirige le Parti libéral du Québec (PLQ) depuis le 17 mars 2013.

Le chef libéral n'a d'ailleurs pas manqué d'attaquer personnellement Pauline Marois, qui n'a pas répondu aux questions des journalistes lors de son allocution annonçant le déclenchement de la campagne en matinée. La première ministre sortante est aussi restée muette en quittant le bureau du lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, en avant-midi.

«Contrairement à ce que Mme Marois a fait, je vais répondre à vos questions», a lancé M. Couillard aux journalistes après son discours.

Attaques multiples envers la chef péquiste aussi en soirée, alors que le chef du PLQ s'est notamment moqué du slogan «Déterminée» de Pauline Marois. «On va enlever le "dé", vous êtes terminée», a-t-il lancé.

La caravane libérale a pris la route de Montréal en soirée, où M. Couillard présentera ce matin les candidats de son «trio économique» composé de l'ancien président d'Investissement Québec Jacques Daoust, de Martin Coiteux, de la Banque du Canada, et du chef économiste de Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao, considéré comme une grosse prise pour le PLQ.

Suspension de la commission Charbonneau : «Ça ne change rien», dit Couillard

L'interruption des travaux de la commission Charbonneau pendant la campagne électorale ne change rien pour le Parti libéral (PLQ), dit son chef, Philippe Couillard.

«La commission Charbonneau fait son travail, c'est à la juge Charbonneau de prendre ses décisions. Ça ne change absolument rien au message que je viens de livrer», a-t-il dit mercredi matin après son discours de lancement devant ses candidats à l'Assemblée nationale. Le chef libéral a refusé de parler de «soulagement» devant ce qui pourrait permettre d'éviter des révélations pendant la campagne.

«Ce n'est jamais comme ça que j'ai vu ça. On entendra peut-être des choses non seulement sur notre formation politique, mais sur les autres formations politiques également. Qu'on se pose la question si ces pratiques sont encore en cours, possible. Ou si le renouveau a été suffisant. Je répondrai aux questions», a-t-il dit. «Mais moi, je suis là pour le présent et l'avenir.»

M. Couillard n'a pas commenté à savoir si cette campagne pourra devenir celle où le Parti libéral laissera derrière lui l'image d'un parti corrompu dont il a souffert ces dernières années. «La meilleure réponse à ça, ce sont les hommes et les femmes qui ont décidé de se joindre à notre équipe sous ma direction», a illustré le chef du PLQ.

Vous garantissez leur intégrité, donc? a demandé un journaliste. «Bien sûr, franchement, quelle question!» a rétorqué M. Couillard.

Ça roule?

Une pièce changée sur l'autobus de campagne de Philippe Couillard a fait jaser mercredi en plein déclenchement de la campagne. Le péquiste Jean-François Lisée s'est moqué du Parti libéral en publiant sur Twitter une photo montrant le véhicule subissant une réparation à deux pas de l'hôtel du Parlement. Le ministre sortant a invité les internautes à commenter la photo en proposant «On n'est vraiment pas prêts!»

L'image a circulé sur les réseaux sociaux et a eu des échos dans les radios. Bien qu'un brin embarrassante, l'intervention au véhicule aura toutefois été sans conséquence puisqu'il n'a pris la route qu'en fin d'après-midi, tel qu'il était prévu au programme de la journée.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer