Thomas Mulcair se dit ravi de sa performance au premier débat des chefs

Le chef néo-démocrate a assuré qu'il était impatient... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef néo-démocrate a assuré qu'il était impatient de débattre à nouveau avec ses adversaires politiques. Il a toutefois répété qu'il participerait aux prochains débats si et seulement si le premier ministre s'y présentait également.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

Colin Perkel
La Presse Canadienne
Toronto

Au lendemain du premier débat des chefs, Thomas Mulcair a déclaré, vendredi, qu'il était ravi de sa performance même s'il a été hésitant à certains moments de la soirée.

Le chef néo-démocrate a assuré qu'il était impatient de débattre à nouveau avec ses adversaires politiques. Il a toutefois répété qu'il participerait aux prochains débats si et seulement si le premier ministre s'y présentait également.

«Bien sûr je vais prendre part aux débats quand le premier ministre y sera», a déclaré M. Mulcair lors d'un événement de campagne, à Toronto. «C'est la personne que je souhaite défaire et remplacer.»

M. Mulcair, qui a pris les rênes du NPD en 2012, a mentionné que des débats tels que celui organisé par le magazine Maclean's jeudi soir, contribue à la démocratie.

Il a ajouté que c'était un exercice qui en valait la peine et qu'il souhaitait qu'il se répète à nouveau. Le chef néo-démocrate a toutefois également insisté pour qu'il y ait un nombre égal de joutes oratoires en anglais et en français d'ici la fin de la campagne.

«Il y a deux langues officielles dans ce pays, et l'une de ces langues n'est pas plus égale que l'autre», a-t-il dit.

«En tant que premier ministre, je vais m'assurer que la réalité et le statut égal de nos langues officielles soient bien compris, et je dois commencer à envoyer un signal clair dès maintenant.»

Organismes non partisans

M. Mulcair a cité comme dernière condition à sa participation à de futurs débats - il soutient que les partis ont reçu environ 25 propositions - est que ceux-ci soient organisés par des organismes non partisans.

«C'est une condition qui va de soi», a-t-il relevé. «Mais des fois ce qui va de soi est encore plus clair quand on le verbalise clairement.»

Il a imploré M. Harper d'accepter de participer au traditionnel débat télévisé organisé par un consortium de médias, mais le premier ministre a déjà indiqué qu'il avait décliné l'invitation.

Le chef néo-démocrate, qui est en tête dans les intentions de vote, a dit qu'il avait accompli ce qu'il souhaitait faire durant le débat de jeudi soir qui était le premier face à face des chefs durant la présente campagne mais également son premier débat depuis qu'il dirige le NPD.

L'objectif qu'il s'était fixé était de parler directement aux Canadiens et de leur démontrer que le plan du premier ministre ne fonctionne pas, a-t-il expliqué.

«M. Harper l'a finalement admis: nous sommes dans une deuxième récession», a soulevé M. Mulcair.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer