Sanders et Obama unis derrière Clinton

«Dans cette élection, je suis avec elle», a... (AFP, Brendan Smialowski)

Agrandir

«Dans cette élection, je suis avec elle», a martelé Michelle Obama, très applaudie, reprenant le slogan des pro-Clinton.

AFP, Brendan Smialowski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

Ivan Couronne, Jérôme Cartillier
Agence France-Presse
Philadelphie

Jouant l'unité contre Donald Trump, Bernie Sanders a mis lundi tout son poids derrière son ancienne rivale Hillary Clinton, au premier jour d'une convention d'investiture démocrate chahutée par les incontrôlables partisans du sénateur.

L'ancienne chef de la diplomatie, qui espère succéder à Barack Obama et devenir la première femme présidente des États-Unis, veut faire du rassemblement une démonstration de force afin de doper ses chances de battre le républicain Donald Trump le 8 novembre.

«Si l'on se réfère à ses idées et à son leadership, Hillary Clinton doit devenir la prochaine présidente des États-Unis», a déclaré Bernie Sanders à Philadelphie, ovationné par la foule des délégués, mais hué aussi par certains de ses irréductibles partisans.

Énumérant leurs points communs, du salaire minimum au droit à l'avortement et au changement climatique, Bernie Sanders a martelé qu'Hillary Clinton «comprenait» les enjeux, et mettrait en place des politiques progressistes.

Rival malheureux des primaires, Bernie Sanders a appelé... (AFP, Saul Loeb) - image 2.0

Agrandir

Rival malheureux des primaires, Bernie Sanders a appelé à se ranger derrière Hillary Clinton, lundi soir.

AFP, Saul Loeb

Reconnaissant sa déception d'avoir perdu les primaires, il a autant critiqué Donald Trump que défendu Hillary Clinton, et s'est vanté d'avoir fait adopter par la convention le programme «le plus progressiste» de l'histoire du parti démocrate.

«Hillary Clinton sera une présidente exceptionnelle, et je suis fier d'être à ses côtés ce soir», a-t-il conclu.

Cette attitude de conciliation était saluée par le camp Clinton. Un délégué du Tennessee, Jim Johnson, s'est dit «très satisfait de la façon dont Bernie tente de rassembler ses partisans».

Mais une partie de ses délégués fait de la résistance.

Certains l'ont hué à la mention d'Hillary Clinton, comme ils l'avaient fait tout au long de la journée dans une ambiance électrique.

«Aucun des délégués de Bernie ne veut d'elle», assure l'un des agitateurs, Charles Niswander, père au foyer de 28 ans venu du Michigan.

Plaidoyer éloquent de Michelle Obama

Le plaidoyer le plus éloquent de la journée est toutefois venu d'une femme admirée par l'ensemble de la famille démocrate, Michelle Obama.

Dans un discours puisant dans son expérience de première dame, Michelle Obama a comparé l'exemplarité attendue d'un président à celle de parents élevant leurs enfants, et loué la ténacité et les valeurs d'Hillary Clinton.

«Grâce à Hillary Clinton, mes filles et tous nos fils et nos filles savent qu'une femme peut être élue présidente des États-Unis», a-t-elle déclaré, ovationnée par une salle debout.

Un aréopage de célébrités d'Hollywood ou des mondes du sport et de la musique ainsi que des dizaines d'élus démocrates ont défilé pendant plus de six heures dans l'immense salle de basket de Philadelphie pour démolir l'image de Donald Trump et vanter le CV et les qualités d'Hillary Clinton, 68 ans.

L'actrice Eva Longoria a estimé que l'ex-sénatrice était la première candidate à être «surqualifiée» pour le poste de président. Des sans-papiers se sont exprimés à la tribune pour dénoncer les propositions anti-immigrés de Donald Trump.

Une veuve d'un soldat américain a témoigné de l'arnaque dont elle dit avoir été victime en souscrivant à des cours de l'ex-«université» Trump, une structure fermée et qui se retrouve aujourd'hui devant les tribunaux.

«Je voudrais dire aux partisans de "Bernie ou rien" que vous êtes ridicules», a aussi lancé l'humoriste américaine Sarah Silverman, qui avait ardemment soutenu Bernie Sanders pendant les primaires.

Scandale des courriels

Pendant ce temps, Donald Trump s'amusait du désordre provoqué par les partisans de «Bernie», après que sa propre convention d'investiture à Cleveland la semaine dernière fut émaillée de polémiques.

«Bernie Sanders s'est vendu à Hillary-la-crapule. Tout ce travail, cette énergie et cet argent, pour rien du tout! Quelle perte de temps!» a-t-il réagi sur Twitter.

Les derniers préparatifs de la convention ont été secoués par la publication en fin de semaine par le site Wikileaks de près de 20 000 messages échangés par des responsables du parti démocrate, dérobés par des pirates informatiques soupçonnés d'être liés aux autorités russes.

Ces échanges révèlent des dirigeants très critiques de Bernie Sanders. Poussée à la porte, la présidente du parti, Debbie Wasserman Schultz, a annoncé dimanche sa démission à compter de la fin de la convention. Et le parti, désireux d'éteindre l'incendie, a présenté ses excuses à Bernie Sanders.

Dans les rues de Philadelphie, des partisans de Bernie Sanders opposés à l'intronisation de Clinton ont une nouvelle fois battu le pavé. Cinquante-quatre personnes ont été interpelées puis relâchées après avoir reçu une amende, selon la police.

Mardi, ce sera au tour de Bill Clinton de s'exprimer à la convention. Puis ce sera Barack Obama mercredi, avant le grand discours d'Hillary Clinton, jeudi soir.

Le candidat républicain à la présidence Donald Trump... (AP, Evan Vucci) - image 3.0

Agrandir

Le candidat républicain à la présidence Donald Trump a prononcé un discours à Winston-Salem, en Caroline du Nord, lundi soir. 

AP, Evan Vucci

Trump rattrape Clinton, selon deux sondages

Le candidat républicain à la Maison-Blanche, Donald Trump, a rattrapé voire légèrement dépassé sa rivale démocrate dans deux sondages parus lundi et réalisés à la suite de son investiture officielle par le Parti républicain, la semaine dernière.

Ce type de rebond est attendu pour un candidat à l'élection présidentielle qui a été le centre de l'attention médiatique pendant une semaine, mais notable dans le cas de Donald Trump, dont la convention a été perturbée par des polémiques, notamment le plagiat relevé dans un discours de son épouse et le camouflet infligé par son rival Ted Cruz.

Il recueille 48 % des intentions de vote des électeurs inscrits sur les listes électorales contre 45 % pour Hillary Clinton, selon une enquête de CNN. 

Un léger rebond du controversé milliardaire est aussi constaté dans l'enquête publiée par la chaîne CBS, qui accorde 42 % des intentions de vote aux deux candidats. 

Dans les deux sondages, le reste des voix iraient à Gary Johnson, du Parti libertarien, et à Jill Stein, du Parti vert.

Les sondés ont été interrogés de vendredi à dimanche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer