Résultats du Bloc: rien à voir avec la souveraineté, dit Péladeau

«Cette élection fédérale ne portait aucunement sur la... (PC, Jacques Boissinot)

Agrandir

«Cette élection fédérale ne portait aucunement sur la souveraineté», a estimé mardi le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau.

PC, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Le résultat obtenu par le Bloc québécois aux élections fédérales n'est pas un indicateur de l'appui à la cause souverainiste, estime le chef Pierre Karl Péladeau.

L'implication du chef péquiste dans la campagne du Bloc n'en a pas fait un «test électoral» pour son propre parti, a analysé M. Péladeau, mardi.

«Cette élection fédérale ne portait aucunement sur la souveraineté», a-t-il déclaré.

Dans sa tournée du Québec à vélo aux côtés de Gilles Duceppe, le chef du PQ dit avoir rencontré de nombreux militants souverainistes qui voulaient d'abord et avant tout «congédier le gouvernement de Stephen Harper». Quitte à voter pour un parti fédéraliste, les libéraux ou les néo-démocrates.

«En 2011, les Québécois avaient tenté de le faire en votant massivement pour le NDP, a-t-il souligné. Et en 2015, ils ont réussi.»

Le Bloc a toujours sa pertinence à Ottawa, selon M. Péladeau. Ses députés auront le mandat clair de défendre les intérêts du Québec à la Chambre des communes. Une clarté qui a fait défaut et causé la perte du chef néo-démocrate Thomas Mulcair pendant la campagne, estime le chef péquiste.

Le chef de l'opposition sera «très attentif» aux demandes que formulera le gouvernement Couillard envers la nouvelle équipe en place à Ottawa. «Nous espérons que le tout sera orienté vers les bénéfices des Québécois», a déclaré M. Péladeau.

De son côté, le chef caquiste François Legault estime comme le premier ministre Philippe Couillard que le scrutin démontre l'affaiblissement de l'option indépendantiste. «Il y a quatre ans, le Bloc avait eu 23 % d'appuis, a-t-il souligné. Hier [lundi], ils ont eu seulement 19 % d'appuis. C'est certain que c'est un recul pour le mouvement souverainiste.» La CAQ tiendra mercredi un point de presse pour exposer les «impacts majeurs» de ces élections pour les nationalistes québécois.

Il a d'autre part insisté sur les défis économiques qui attendent le nouveau premier ministre du Canada. Il n'apprécie pas beaucoup l'idée des déficits, comme entend en faire M. Trudeau. Et M. Legault juge qu'un plan d'investissements dans les infrastructures ne compense pas une stratégie pour le secteur manufacturier et les entreprises privées.

«Il y a beaucoup de défis économiques au Canada en termes d'innovation, de recherche et développement, a souligné le chef caquiste. Il y a des grands défis pour M. Trudeau, mais il faut laisser la chance au coureur.»

La coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a eu la réaction la plus colorée. «Je pense qu'il y a quand même une bonne nouvelle : bon débarras! Les conservateurs ont perdu l'élection.» Le nouveau premier ministre sera jugé à ses accomplissements. Mais il semble difficile de faire pire que les conservateurs aux yeux de Mme David, qui juge que M. Harper a mené un gouvernement «autocratique», «despote», «guerrier», «antifemmes», notamment. «Bonne retraite, M. Harper, a-t-elle lancé. On espère ne plus jamais entendre parler de vous.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer