Justin Trudeau lance un appel au Québec depuis l'Alberta

«Je le dis d'ici, de l'Alberta, que les... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

«Je le dis d'ici, de l'Alberta, que les Albertains, comme tous les Canadiens, ont besoin de nous, les Québécois. Le Canada a besoin que nous, les Québécois, se réengagent. Parce que pour avoir un meilleur gouvernement, on doit tous choisir un meilleur gouvernement», a clamé Justin Trudeau, en français.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
EDMONTON

Signe que son parti espère réaliser des gains au Québec, Justin Trudeau a lancé un appel à ses électeurs depuis l'Alberta, dimanche, à moins de 24 heures de l'ouverture des bureaux de vote.

«Je le dis d'ici, de l'Alberta, que les Albertains, comme tous les Canadiens, ont besoin de nous, les Québécois. Le Canada a besoin que nous, les Québécois, se réengagent. Parce que pour avoir un meilleur gouvernement, on doit tous choisir un meilleur gouvernement», a-t-il clamé en français.

«Il est temps de s'unir; Québécois, Albertains, Canadiens!», s'est exclamé M. Trudeau dans une salle d'Edmonton où s'étaient massés plusieurs centaines de sympathisants. «L'Alberta compte! Le Québec compte! Le Canada compte!», a-t-il enchaîné, déclenchant un tonnerre d'applaudissements.

C'est donc un message d'unité qu'a voulu lancer Justin Trudeau, pour inviter les électeurs d'est et ouest du pays à faire confiance au Parti libéral du Canada (PLC) et lui permettre de former le prochain gouvernement.

«C'est un message que je suis fier de livrer ici avec un grand sourire, à titre de libéral, à titre de Trudeau et à titre de Québécois», a-t-il lancé.

D'une voix éraillée, il a affirmé que cette longue campagne de 78 jours avait permis de voir la politique à son meilleur, mais aussi à son pire.

Il a voulu se montrer rassembleur, vraisemblablement pour établir un net contraste entre le style de leadership qu'il compte exercer et l'approche diviseuse qu'a selon lui préconisé le premier ministre sortant Stephen Harper pendant sa décennie au pouvoir à Ottawa.

Justin Trudeau entreprenait, en ce dernier jour où il est permis de faire campagne, un blitz final dans l'Ouest du pays. Après celui qui s'est tenu dans la capitale albertaine, trois autres rassemblements militants sont prévus.

L'avion libéral prend la direction de Calgary. Il se posera ensuite en Colombie-Britannique pour des événements à Surrey, puis à Vancouver. Le retour vers Montréal, où se déroulera le rassemblement pour la soirée de l'élection, se fera de nuit.

Le chef du PLC a passé les derniers jours à enjoindre ses sympathisants à faire sortir le vote le lundi 19 octobre. Il assortit ce message d'une mise en garde.

«Cette élection n'est pas terminée. Elle sera très serrée. [Stephen] Harper a prouvé maintes fois qu'il est prêt à tout faire pour maintenir son pouvoir», a-t-il prévenu. Le premier ministre sortant a encore «des tours dans son sac», a ajouté M. Trudeau.

Les libéraux sont en bonne position dans un sondage Léger paru samedi, dans lequel ils trônent en première position tant au Canada (38 %) qu'au Québec (31 %). Les jeux ne sont évidemment pas fait - pas moins de 36 % des électeurs pourraient changer d'opinion d'ici lundi, d'après le coup de sonde.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer