Le Projet Resolve au coeur de la campagne à Lévis

Le porte-conteneurs MS Asterix est arrivé, jeudi, au chantier Davie... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le porte-conteneurs MS Asterix est arrivé, jeudi, au chantier Davie de Lévis pour être converti en navire pétrolier ravitailleur.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Malaise, mardi, sur l'un des quais du Chantier Davie Canada tout juste devant le porte-conteneurs MS Asterix qui est arrivé, jeudi dernier, au chantier de Lévis pour être converti en navire pétrolier ravitailleur afin de répondre aux besoins de la Marine royale canadienne. Les candidats Jean-Luc Daigle (Nouveau Parti démocratique), Antoine Dubé (Bloc québécois) et Jacques Turgeon (Parti libéral) avaient du mal à contenir leur agacement à la suite de la présentation faite par le pdg du Projet Resolve, Spencer Fraser.

Au cours des dernières semaines, tous les candidats qui croisent le fer dans la circonscription électorale de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis en prévision des élections du 19 octobre ont demandé de rencontrer les responsables de Chantier Davie Canada et du Projet Resolve pour connaître les tenants et les aboutissants de ce projet qui est bel et bien amorcé même si le contrat avec le gouvernement fédéral ne sera accordé qu'après les élections, a confirmé, mardi, M. Fraser.

Pour répondre à la demande de toutes les formations politiques - y compris le Parti conservateur et le Parti vert - et éviter de se faire accuser de favoriser l'une ou l'autre, les dirigeants de Chantier Davie Canada et du Projet Resolve avaient choisi de convier, mardi, les candidats de tous les partis - et les médias - à une présentation des grandes lignes et de l'évolution récente du projet Resolve.

En plus des candidats Daigle, Dubé et Turgeon, le député conservateur sortant Steven Blaney était sur place. Celui du Parti vert, André Bélisle, était absent.

Tout ce beau monde était rassemblé sous une tente tout juste devant le MS Asterix.

Après la présentation, des candidats déploraient le caractère «électoraliste» de l'événement qui se tenait une semaine, jour pour jour, avant le scrutin, sans toutefois vouloir jeter la pierre aux dirigeants de Chantier Davie Canada ou de Projet Resolve. D'ailleurs, ils n'ont pas manqué de rappeler que c'était à la veille du déclenchement des élections, le 1er août dernier, que le gouvernement de Stephen Harper avait annoncé la signature d'une lettre d'intention avec Chantier Davie Canada pour continuer les discussions concernant le contrat de services de soutien pour la flotte de la Marine canadienne.

Le chef de la direction du projet Resolve, Spencer... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Le chef de la direction du projet Resolve, Spencer Fraser, a rencontré les médias à Lévis, mardi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le fruit du hasard?

«Les conservateurs ont-ils fait des pressions pour que ça passe comme ça une semaine avant le vote? Je ne le sais pas», se questionnait le bloquiste Antoine Dubé. «Je suis en politique depuis assez longtemps pour savoir qu'il y a des stratégies. Il ne faut pas tomber dans le panneau. Je pensais que cette présentation allait se faire avant aujourd'hui. Il était question de la semaine dernière. La faire cette semaine, c'est un peu tardif», a confié celui qui a été député du Bloc québécois à Ottawa de 1993 à 2003.

«On sent qu'il y a de l'électoralisme là-dedans», a commenté, pour sa part, le porte-couleur néo-démocrate Jean-Luc Daigle. «La campagne des conservateurs transpire l'électoralisme depuis le premier jour», a-t-il fait remarquer en lavant Chantier Davie Canada de toute complicité avec le gouvernement en place. «Je comprends que la compagnie doit faire les pressions requises auprès de tous les partis pour assurer la continuité de ses démarches.»

Antoine Dubé partage le même avis. «Je ne doute pas de la bonne foi de Davie. La compagnie voit la possibilité de l'élection d'un gouvernement minoritaire et veut obtenir des garanties de tous les partis politiques.» De son côté, le candidat libéral Jacques Turgeon a mentionné au Soleil que «c'est peut-être le hasard» qui a voulu que la présentation se tienne une semaine avant le jour du vote et cinq jours après l'arrivée du MS Asterix à Lévis.

«En tout cas, peu importe le contexte, c'est une bonne nouvelle pour les travailleurs. Cependant, ça ne doit pas s'arrêter là. Il faut que le chantier continue de se développer», a-t-il indiqué en mentionnant qu'un gouvernement libéral n'allait pas déchirer la lettre d'intention signée avec Chantier Davie Canada et le Projet Resolve. «Ça sent bon. C'est une entente qui sera possible de respecter.»

Pour sa part, Steven Blaney a déclaré qu'il attendait ce moment depuis des années. Il a déjà hâte dans deux ans au moment où le pétrolier ravitailleur sera livré à la Marine royale canadienne.

«Je suis très fier d'avoir contribué à la relance du chantier. Avec une main-d'oeuvre efficace et une excellente gestion, le chantier est en mesure de répondre aux besoins urgents de la marine.»

Pour le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, la campagne électorale n'a pas changé le cours des choses. Le dossier cheminait à Ottawa déjà depuis de longs mois.

«Si la campagne électorale a eu pour effet d'accélérer les choses, eh bien tant mieux!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer