Exclusif

Papillon exhorte les médias à délaisser le niqab et parler des «vrais enjeux»

La députée néo-démocrate sortante dans Québec, Annick Papillon... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La députée néo-démocrate sortante dans Québec, Annick Papillon

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Furieuse de voir les journalistes s'intéresser au niqab dessiné sur la photo de l'une de ses pancartes électorales, la candidate néo-démocrate dans Québec Annick Papillon dénonce que les médias «ne soient pas capables de parler d'autre chose» et les exhorte à aborder les «vrais enjeux».

L'affiche qui a été probablement vandalisée au cours de la nuit de lundi à mardi était située au coin des boulevards Pierre-Bertrand et Wilfrid-Hamel, dans le secteur Vanier. En début d'après-midi, elle avait déjà été retirée après qu'une photo prise par le Journal de Québec ait abondamment circulé sur les réseaux sociaux. On voit le visage de la candidate couvert d'un voile islamique dessiné à la main. 

Le porte-parole d'Annick Papillon a d'abord affirmé que cette dernière ne commenterait pas, jugeant l'incident anodin puisque de nombreuses affiches électorales de tous les partis sont vandalisées au cours d'une campagne électorale. Mais quelques minutes plus tard, la députée sortante de Québec a rappelé Le Soleil pour livrer une charge en règle contre les médias. 

«Je suis vraiment déçue de voir qu'on ne parle pas des autres enjeux. On a ouvert une brèche dans la gestion de l'offre, on ne parle pas d'environnement, de logement, de frais bancaires, de tous les enjeux que l'on devrait parler», a-t-elle lancé d'entrée de jeu. 

«Je ne sais pas qui est l'auteur de ça, je ne sais pas dans quel esprit il l'a fait, si c'est un adversaire politique, mais ce que je sais c'est que visiblement, ça va faire encore une fois les médias et je regrette que dans les médias on ne soit pas capable de parler de tous les enjeux fédéraux», a renchéri la candidate hors d'elle. Elle se dit persuadée que les candidats des autres partis pensent la même chose. 

Les conservateurs et les bloquistes souhaitent que le niqab soit interdit lors des cérémonies de citoyenneté tandis que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et les libéraux s'en remettent à la décision des tribunaux. La Cour d'appel fédérale a refusé lundi la demande du gouvernement d'invalider le jugement autorisant une Ontarienne d'origine pakistanaise à prêter serment le visage voilé. Cette décision fait les manchettes depuis qu'elle est tombée à la mi-septembre.

«La goutte qui fait déborder le vase»

«C'est la goutte qui fait déborder le vase», lance Annick Papillon, au sujet de sa pancarte vandalisée. «C'est important, cette campagne-là, il y a des enjeux qui doivent être discutés», répète celle qui trouve triste que l'on s'acharne sur le voile islamique. «J'ai mal à ma démocratie», laisse tomber la néo-démocrate qui a elle-même fait des études en journalisme avant d'occuper un siège à la Chambre des communes. 

«C'est assez. Je suis profondément convaincue que c'est dans l'intérêt de tout le monde, de tous les partis, de tous les citoyens de parler d'autre chose. J'ai hâte qu'on fasse ça», conclut-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer