Stephen Harper courtise la fonction publique et fustige les syndicats

Stephen Harper... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Stephen Harper

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Le chef conservateur Stephen Harper a tenté jeudi de rallier un électorat qui est loin de lui être acquis: la fonction publique fédérale.

Il a publié en matinée sur le site Internet du Parti conservateur une lettre ouverte dans laquelle il passe de la flatterie aux reproches.

«Les Canadiens sont bien servis par notre fonction publique de classe mondiale, et je suis très bien placé pour le voir en tant que premier ministre», écrit-il en ouverture de la missive.

«Notre gouvernement conservateur est fier du bon travail réalisé par les fonctionnaires canadiens», ajoute M. Harper dans la même lettre.

Après ces fleurs vient le pot. Et il tombe directement sur la tête des organisations syndicales et de leurs dirigeants.

Car ceux-ci profitent du «contexte électoral» afin de propager «des déclarations trompeuses» sur les congés de maladie et les régimes de retraite, accuse Stephen Harper.

Les conservateurs ont envoyé au front le ministre sortant de l'Emploi, Pierre Poilievre, pour s'assurer que le message passe.

«Les chefs syndicaux ont dit vouloir aider les autres partis à gagner les élections, alors ces chefs essaiment de l'information fausse pour des raisons purement partisanes», a-t-il soutenu en conférence de presse à Ottawa, jeudi matin.

M. Poilievre était accompagné pour l'occasion de plusieurs candidats qui se présentent dans des circonscriptions de la capitale fédérale et de sa région - des comtés où le vote des fonctionnaires peut faire pencher la balance d'un côté ou d'un autre.

C'est précisément ce que l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) cherche à faire en invitant ses membres à voter de façon stratégique pour déloger les conservateurs.

Et la sortie des conservateurs prouve que les candidats qui se présentent sous cette bannière dans la région d'Ottawa commencent à sentir la soupe chaude, selon Larry Rousseau, porte-parole de l'AFPC.

«Cette fois-ci, dans cette campagne, les fonctionnaires fédéraux ont compris le message: le bilan des conservateurs a été dévastateur; ils ont éliminé des milliers d'emplois (dans la fonction publique)», a-t-il lancé en entrevue téléphonique.

Larry Rousseau balaie par ailleurs du revers de la main les accusations de MM. Harper et Poilievre et se défend de propager de fausses informations sur les régimes de retraite ou les congés de maladie.

L'AFPC, qui représente quelque 180 000 employés de l'État, a lancé en début de semaine la deuxième phase de sa campagne «Stoppons l'hémorragie». L'objectif du syndicat est de dénoncer les compressions des conservateurs et la réduction des services qui en découle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer