Les Verts se demandent si Péladeau est la raison de la présence de Duceppe au débat de TVA

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe est... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe est accueilli à une école de cours aux adultes montréalaise, mardi.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Les verts se demandent s'il faut voir l'influence de Pierre Karl Péladeau dans le fait que TVA exclut de son débat télévisé leur leader Elizabeth May et invite le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe.

Dans un communiqué de presse, mardi matin, Daniel Green, candidat du Parti vert dans la région de Montréal et lieutenant québécois d'Elizabeth May, a soulevé une question qui a défrayé la chronique politique sur la scène provinciale depuis que M. Péladeau est devenu député, puis chef du Parti québécois.

Dans sa sortie, Daniel Green signale que le groupe parlementaire dirigé par Mme May comptait «trois députés à la dissolution du Parlement. Le Parti vert en compte un de plus que le Bloc.

«Comment dès lors justifier la présence du Bloc et l'absence du Parti vert» à l'affrontement que tiendra le télédiffuseur, vendredi. «Est-ce que la proximité et l'amitié déclarée entre Pierre Karl Péladeau, toujours lié à TVA, et Gilles Duceppe peuvent expliquer ce favoritisme?»

Daniel Green, militant écologiste de longue date, fait ainsi allusion au fait que Pierre Karl Péladeau est l'actionnaire de contrôle de Québecor qui possède notamment TVA. Il ne précise pas que M. Péladeau a renoncé à tout rôle chez Québecor lorsqu'il a été élu pour le PQ et qu'il a récemment confié «sans droit de regard» ses actions à des mandataires.

Le porte-parole de TVA a repoussé toutes allégations de favoritisme. «Nous avons invité les chefs des partis qui ont suscité l'intérêt le plus important auprès des électeurs francophones, s'est limité à déclarer laconiquement Jean-François Del Torchio. Toute allusion à M. Péladeau est non fondée.»

Pour Daniel Green, «comment est-ce qu'un diffuseur public ou privé peut s'octroyer le pouvoir de décider qui des chefs s'adresseront aux électeurs? L'amitié, c'est bien. Mais en élections, seules la transparence et la rigueur comptent pour un diffuseur.

«Ce qui est certain, c'est que ce sont les électeurs québécois qui y perdent au change», a conclu M. Green, qui voit l'exclusion de Mme May comme «un affront à notre démocratie».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer