Mulcair: «le NPD a percé le mystère de Québec»

Thomas Mulcair a indiqué qu'il voulait finir, le... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Thomas Mulcair a indiqué qu'il voulait finir, le 19 octobre, le travail que son parti avait amorcé dans la région de Québec lors des dernières élections. «C'est le temps du changement», a-t-il lancé à la foule enthousiaste.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Quelques centaines de personnes ont accueilli en sauveur le chef Thomas Mulcair vendredi soir à Québec, alors qu'avait lieu le premier rassemblement néo-démocrate officiel dans la capitale depuis celui de Jack Layton, en 2011.

«Le NPD a percé le mystère de Québec», a lancé M. Mulcair devant une foule enthousiaste, faisant référence aux gains faits par le NPD dans la région au dernier scrutin. Il ajoute vouloir «compléter le travail» le 19 octobre, en faisant cette fois déborder la vague orange sur Lévis, la Beauce, et toute la région de la Chaudière-Appalaches.

Thomas Mulcair a d'ailleurs mentionné à plus d'une reprise la Rive-Sud de Québec dans son discours d'une vingtaine de minutes, lançant notamment au député conservateur sortant dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney : «Bye-bye! C'est le temps du changement!», ce qui lui a valu de vives acclamations.

Mentionnons que le terme «changement», au coeur du discours de M. Mulcair, a fait réagir à tout coup le public attentif réuni au Concorde, réservant même plusieurs ovations au chef néo-démocrate.

Autre pointe, celle lancée au député conservateur sortant de la Beauce, dont une publicité a récemment fait beaucoup jaser. «C'est pas le jingle de Maxime Bernier qui va nous arrêter!» 

Et les attaques contre les conservateurs ne se sont pas arrêtées là. «C'est Stephen Harper qui est responsable de la mauvaise gestion au port de Québec. Ce sont ses amis, ses donateurs qu'il a nommés au conseil d'administration. La même méthode que Stephen Harper a appliqué au Sénat, et vous avez vu ce que ça a donné.»

Par ailleurs, Thomas Mulcair a annoncé qu'il adoptera, une fois élu, le projet de loi de Denis Blanchette pour forcer le CN à repeindre le pont de Québec. «On a le courage de se tenir debout pour les gens de Québec et de Lévis... Et on est capable de peinturer un pont, ce que les conservateurs ont été incapables de faire! [...] Eh, Stephen! Elle est où ta cannette de peinture?»

Le chef néo-démocrate était accompagné vendredi de tous les candidats néo-démocrates de la grande région de Québec, à commencer par la députée sortante de la circonscription de Québec, Annick Papillon.

Clin d'oeil à la région qu'il courtisait vendredi soir, le bain de foule de Thomas Mulcair en fin de rassemblement s'est effectué sur la chanson L'amour de Karim Ouellet, un artiste de Québec.

Entretiens avec Labeaume

Plus tôt dans la journée, Thomas Mulcair s'est rendu à l'hôtel de ville de Québec pour un entretien avec Régis Labeaume. Les deux hommes se sont abstenus de commenter le contenu de la discussion. «Excellente rencontre avec le maire Labeaume. Avec le NPD, la Ville de Québec aura un partenaire fiable à long terme avec un gouvernement du NPD», s'est contenté de lancer le chef néo-démocrate.

Également de passage à l'hôtel de ville, le chef du Bloc québécois n'a pas manqué de souligner qu'il s'entendait avec le maire non seulement sur tous les dossiers chers à la Capitale-Nationale, mais également «parfaitement» sur celui du niqab et du vote à visage découvert.

En ressortant de son entretien avec Régis Labeaume, Gilles Duceppe a décoché une flèche à l'égard des conservateurs qui auraient contribué, selon lui, qu'à la hauteur de 4 % dans les investissements publics effectués en 2014 dans la région. C'est pour cette raison, a-t-il souligné, que celle-ci a besoin d'une représentation bloquiste à Ottawa. «Depuis quatre ans, tout ce qu'on entend, c'est un murmure orange, timide», a-t-il dit, attaquant cette fois les troupes néo-démocrates majoritaires dans la Capitale-Nationale.

Le leader bloquiste ne s'est cependant pas avancé à dire combien de sièges il pourrait gagner à Québec, se contentant d'affirmer qu'il pourrait désormais y avoir des courses à «trois ou à quatre» dans certaines circonscriptions. Gilles Duceppe s'est défendu d'avoir le beau jeu en étant favorable à toutes les demandes du maire Labeaume parce qu'il est cantonné à l'opposition.

Il a rappelé que dans le dossier de l'agrandissement du port de Québec, son parti réclamait que le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement mène son évaluation pour mesurer les impacts environnementaux. Quant au pont de Québec, il estime qu'il doit être repeint et que le fédéral doit le racheter. «Par la suite, on verra qui est responsable de quoi et qui écopera de la facture.»

Avec Michel Corbeil

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer