Un rôle de «deuxième ligne» contre l'EI, plaide le libéral Youri Rousseau

Youri Rousseau est tout à fait d'accord avec... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Youri Rousseau est tout à fait d'accord avec la décision de son chef Justin Trudeau d'annuler l'achat des avions F-35 advenant son élection le 19 octobre prochain.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Le Canada doit contribuer à la répression du groupe État islamique, soutient Youri Rousseau, candidat libéral dans Louis-Saint-Laurent, mais doit le faire en concentrant ses efforts sur la formation et le mentorat effectués sur le terrain. Un rôle de «deuxième ligne», précise-t-il.

Ayant lui-même oeuvré pendant plus de 15 ans au sein des Forces armées canadiennes, M. Rousseau imagine une coalition internationale dans laquelle tous les pays membres agiraient selon leurs forces pour combattre l'EI. «Dans cette coalition-là, on pense que le Canada pourrait être utile en formation, en mentorat. [...] Pour lancer des bombes, on n'est peut-être pas les meilleurs», lance-t-il.

Il considère par ailleurs que les pays du Moyen-Orient membres de la coalition seraient les mieux outillés pour envoyer des troupes au sol, étant donné leur connaissance de la région et de la langue.

«Pour être allé deux fois en mission, les troupes occidentales ne sont pas toujours bien vues, assure M. Rousseau. Des fois, on crée plus de problèmes.»

Le candidat dans Louis-Saint-Laurent tient ces propos deux jours après avoir accusé le gouvernement de Stephen Harper de faire semblant de s'attaquer au problème de l'EI. «Tu ne peux pas gagner contre le groupe État islamique en envoyant juste quelques pions ici et là. Il faut y aller à fond ou ne pas y aller.»

Contradiction? Pas selon M. Rousseau, qui défend son point de vue en soutenant que le Canada doit se servir de ses forces pour aider à battre l'État islamique. «Dans ce rôle-là [la formation], on est meilleurs que les Américains, et que d'autres pays», ajoutant que le Canada «n'a pas la force de combat» nécessaire pour vaincre l'EI seul. «L'option A, c'est d'envoyer des avions à 40 000 pieds pour faire 2 % des frappes au sol», faisant référence au plan actuel d'action de Stephen Harper. «L'option B, c'est qu'on forme une grosse coalition» dont ferait partie le Canada. «Dans les deux cas, on est en deuxième ligne», conclut-il.

Non aux Avions F-35

Youri Rousseau est par ailleurs tout à fait d'accord avec la décision de son chef Justin Trudeau d'annuler l'achat des avions F-35 advenant son élection le 19 octobre prochain.

«Quant à moi, c'est une bonne nouvelle. Je pense que les Canadiens devraient être contents.»Il assure que des appareils vendus beaucoup moins cher, environ 65 millions $, pourraient aussi bien répondre aux besoins du Canada que l'auraient fait les F-35, qui coûteraient 175 millions $, selon M. Rousseau.

Il accuse le gouvernement Harper d'avoir «plongé tête première» à la quête des F-35, et rappelle que «nos valeurs démocratiques, c'est de faire un appel d'offres correctement».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer