Fonction publique fédérale: de lourdes pertes en Gaspésie et aux Îles

Parcs Canada a notamment coupé 11 postes au... (PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL)

Agrandir

Parcs Canada a notamment coupé 11 postes au parc Forillon (photo), à Gaspé, et au Lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche, à Pointe-à-la-Croix.

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné, Geneviève Gélinas
Le Soleil

(New Richmond) Ceux qui croient que les neuf ans de gouvernement fédéral mené par Stephen Harper ont été durs pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine ont des raisons de le soutenir. Alors que le nombre de fonctionnaires fédéraux a grimpé de 2,8 % dans l'ensemble du Canada entre 2006 et 2015, il a chuté de 28 % dans cette région.

Le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord ont quant à eux connu des hausses, légère dans le premier cas et importante dans le second.

Entre mars 2006, deux mois après l'élection de Stephen Harper, et mars 2015, la fonction publique fédérale s'est accrue de 7102 postes au Canada, représentant une hausse de 2,8 %. Il y a maintenant 257 034 fonctionnaires au pays, selon des données fournies par le Conseil du Trésor.

Cette fonction publique a été fortement centralisée puisqu'il y a maintenant 10 354 fonctionnaires de plus dans la région de la capitale fédérale, le secteur d'Ottawa et de Gatineau, pour une hausse de 10,7 % depuis 2006. Il y a maintenant 97 047 fonctionnaires dans la capitale.

Ottawa et Gatineau ont ainsi gagné plus de fonctionnaires que tout le pays, qui en aurait perdu si on exclut du décompte les gains de la capitale fédérale.

Au Québec, si on exclut la portion Gatineau, le nombre de fonctionnaires a baissé de 31 068 à 29 374, une perte de 5,5 %, ou 1694 postes. La Gaspésie et les Îles ont ainsi vécu des compressions bien plus fortes que les coupes québécoises puisque le nombre de fonctionnaires fédéraux y a chuté de 257 à 186 depuis 2006, soit 28 % de moins.

En Gaspésie, les pires pertes sont survenues depuis 2011. Le bal est parti avec l'abolition de 30 postes à Services Canada de New Richmond en 2011, des postes transférés à Thetford Mines, dans la circonscription du ministre conservateur Christian Paradis. Puis, Parcs Canada a coupé 11 postes au parc Forillon, à Gaspé, et au Lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche, à Pointe-à-la-Croix. En juin, la station de radio maritime de la Garde côtière à Rivière-au-Renard a fermé, occasionnant la perte de 16 emplois locaux.

Le Bas-Saint-Laurent affiche un bilan positif, soit 500 emplois en 2006 et 512 en 2015, une augmentation de 2,3 %. Cette hausse masque toutefois une dégringolade depuis 2012, une année où le nombre d'emplois avait atteint un sommet de 572.

À Travaux publics et services gouvernementaux Canada (TPSGC) de Matane, 70 emplois ont été créés entre 2010 et 2014, alors que la demande pour numériser des documents explosait.

Mais depuis 2012, des reculs ont été sentis, surtout à Services Canada de Rimouski, où 34 emplois se sont aussi envolés vers Thetford Mines, à l'Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli, où environ 30 postes ont disparu, et à TPSGC de Matane, pour 20 postes de moins. Sur la Côte-Nord, le nombre de fonctionnaires a bondi de 18,6 %. De 705 en 2006, ils sont passés à 837 en 2015, une hausse s'expliquant par l'arrivée de nouveaux services, notamment 50 au centre de prévention de Service Canada à Sept-Îles, qui traite désormais des demandes de tout le Québec.

Dans le même ordre d'idées, le Centre de services de communication et de trafic maritimes de la Garde côtière aux Escoumins a gagné six postes d'opérateurs radio de Rivière-au-Renard. La Côte-Nord a toutefois perdu quelques emplois récemment, notamment à Parcs Canada.

Réaction

Johanne Fillion, de l'Institut professionnel de la fonction publique, donne un exemple de compressions pouvant avoir un effet sur l'économie des régions : les pertes de postes à l'Institut Maurice-Lamontagne, de Mont-Joli, où l'évaluation de certains stocks de poissons n'est plus annuelle.

«C'est dangereux, surtout pour la Gaspésie. C'est pas aux trois ans qu'on peut avoir un bon aperçu des stocks. On pourrait assister à des effondrements des stocks de poissons, comme c'est arrivé pour la morue. Ce sont les petites économies locales qui vont le plus encaisser. J'ai très peur des décisions qui ont été prises en matière de pêcheries. Les scientifiques sont le secteur le plus affecté par les coupes», dit-elle.  Avec Johanne Fournier et Steeve Paradis

Contradiction entre discours et décisions

L'historien Jean-Marie Thibeault signale qu'en plus de la perte économique liée aux emplois fédéraux, une région comme la Gaspésie souffre aussi de la perte de services publics et d'un processus de décision distordu. «Ce sont des chiffres qui parlent d'eux-mêmes. Malgré un discours contraire, les conservateurs sont centralisateurs [...] De plus, contrairement à ce qu'on entend souvent, les fonctionnaires travaillent, et ils regardent et analysent le milieu dans lequel ils vivent. Moins tu en as, moins tu éveilles les gens d'Ottawa aux réalités régionales», dit l'historien.

Jean-Marie Thibeault serait «curieux de voir l'évolution du nombre de fonctionnaires en regard des circonscriptions qui ont voté pour le Parti conservateur, lors des derniers scrutins. Le sociologue Pierre-Luc Lupien, du Cégep de Carleton, partage cette curiosité. «Il y a plusieurs indices qui nous permettent de penser à un patronage politique, ou à du clientélisme politique. C'est le retour d'ascenseur aux circonscriptions qui ont voté du bon bord. Ça rappelle le duplessisme! Toutefois, je pense qu'il est bon de se rappeler qu'il [le patronage] n'a pas été l'apanage d'un seul parti. J'ai en tête l'exemple du centre fiscal à Shawinigan dans le comté du premier ministre Jean Chrétien», dit-il.

Aucune circonscription de la Gaspésie-Les Îles, du Bas-Saint-Laurent ou de la Côte-Nord n'est actuellement représentée par un député conservateur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer