Lebel menacé au Lac-Saint-Jean

Malgré une présence accrue à Alma au cours... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Malgré une présence accrue à Alma au cours des derniers mois, Denis Lebel a visiblement beaucoup de mal à convaincre l'électorat de la capitale jeannoise de voter pour lui.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Saguenay) SAGUENAY - Une nouvelle vague orange se dessine au Saguenay-Lac-Saint-Jean, à un mois des élections fédérales du 19 octobre. Le phénomène est si palpable que même l'avance du lieutenant de Stephen Harper au Québec et député sortant dans Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, a été réduite à une peau de chagrin.

Selon un sondage effectué par Segma Recherche pour Le Quotidien-Énergie-Rouge FM, entre le 14 et le 19 septembre, plus de 35 % des électeurs de la région se campent derrière le NPD de Thomas Mulcair, toutes circonscriptions confondues.

Le point marquant de l'exercice demeure toutefois la lutte féroce qui se déroule dans Lac-Saint-Jean, où le règne de Denis Lebel est sérieusement menacé par la néo-démocrate Gisèle Dallaire.

Avec 34,7 % des intentions de vote contre 29,4 % pour sa rivale, le conservateur possède une avance d'à peine cinq points après répartition des indécis, soit l'équivalent de la marge d'erreur dans Lac-Saint-Jean.

Selon le président de Segma Recherche, Raynald Harvey, quelques facteurs expliquent ce coude à coude. Il évoque notamment la révision de la carte électorale.

En regroupant Roberval et Alma au sein d'une même circonscription, Ottawa a dilué l'influence dont bénéficiait Denis Lebel. Fort d'une notoriété acquise alors qu'il était maire de Roberval, il a conquis à trois reprises la défunte circonscription de Roberval-Lac-Saint-Jean avec des majorités de 59,7 % (2007), de 43,5 % (2008) et de 45,7 % (2011).

«Cadeau empoisonné»

Malgré une présence accrue à Alma au cours des derniers mois, le ministre Lebel a visiblement beaucoup de mal à convaincre l'électorat de la capitale jeannoise. Alma compte 31 000 citoyens, dans une circonscription qui en compte un peu plus de 105 000.

«Alma est un cadeau empoisonné pour Denis Lebel. On remarque clairement que les gens de ce secteur sont favorables au NPD. Le ministre Lebel tire de l'arrière dans Alma. Ça explique en partie la position de Mme Dallaire», précise Raynald Harvey.

Le président de Segma Recherche souligne par ailleurs l'impopularité de Stephen Harper au Québec. En tant que bras droit du chef conservateur, Denis Lebel peut difficilement se distancer de son parti.

«Le sort de Denis Lebel est intimement lié à celui de son chef et à celui du Parti conservateur. Si les sondages nationaux sont défavorables aux conservateurs, ce sera de plus en plus difficile pour lui.»

Autre tendance inquiétante pour Denis Lebel, le sondage révèle que les partisans du Bloc québécois seraient nettement plus enclins à voter pour la néo-démocrate Gisèle Dallaire s'ils devaient revoir leur choix. Le candidat bloquiste Sabin Gaudreault détient présentement 20,6 % des intentions dans Lac-Saint-Jean.

«Dans le cas où les gens décident de voter stratégique, ça pourrait être déterminant», indique M. Harvey.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer