Les libéraux fédéraux tentés par un nouveau lien Québec-Lévis

Les candidats libéraux Jean-Yves Duclos et Youri Rousseau... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les candidats libéraux Jean-Yves Duclos et Youri Rousseau assurent que le Parti libéral du Canada étudierait l'option de créer un nouveau lien entre Québec et Lévis, qui pourrait être autant un pont qu'un tunnel.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) L'ambitieux programme d'infrastructures des libéraux de Justin Trudeau pourrait servir à doter la région d'un nouveau lien entre Québec et Lévis, que ce soit un pont ou un tunnel.

En entrevue au Soleil, Jean-Yves Duclos, candidat dans Québec et une des vedettes économiques du Parti libéral du Canada, soutient qu'il s'agit d'une option à étudier sérieusement.

La construction du «dernier pont entre les deux rives date de 40 ans, expose-t-il. La région a beaucoup changé. La congestion [routière] s'y développe rapidement. [...] et coûte 4000 $ par travailleur par année. Ce sont des coûts substantiels.»

Son collègue Youri Rousseau, aspirant député dans Louis-Saint-Laurent, signale qu'il est trop tôt pour prédire si la voie passera au-dessus du fleuve ou sous le Saint-Laurent. «Nous ne nous engageons pas à faire un nouveau lien», a nuancé le libéral. «C'est une chose à étudier», avec, dit-il, le monde économique et municipal.

Le chef Justin Trudeau préconise d'investir 60 milliards $ s'il prend le pouvoir. La part de Québec, a évalué M. Duclos, représenterait trois fois le total réclamé par le maire Régis Labeaume qui évalue sa «liste d'épicerie» à 205 millions $. 

Le programme national se déclinera en trois volets, dans la capitale ou ailleurs. Pour les transports, ce sera transport routier ou aéroportuaire, maritime ou ferroviaire. M. Rousseau laisse entendre que développer le transport collectif n'exclut pas de consacrer des fonds à des autoroutes.

Le plan libéral serait aussi ouvert aux «infrastructures sociales», dont «le logement abordable». Dernier pan, l'injection de capitaux dans l'économie verte.

La capitale serait bien positionnée pour obtenir sa part avec plusieurs firmes dans le secteur technologique. Les chercheurs d'ici n'oeuvrent pas dans le secteur du pétrole, fait remarquer en substance M. Rousseau.

Les deux hommes réitèrent le peu d'estime que les libéraux portent à Énergie Est, l'oléoduc que TransCanada prévoit construire. «C'est un projet qui n'a pas été évalué correctement, qui pouvait aller de l'avant», tranche Jean-Yves Duclos. Il rappelle que son chef a déjà déclaré «clairement que [l'idée] a du plomb dans l'aile».

L'économiste Duclos rejette du revers de la main les critiques des adversaires qui reprochent au PLC de sacrifier le déficit zéro à leur programme d'investissements. «C'est un peu étonnant [de dire] que quand les choses vont mal, on coupe [dans les dépenses publiques] et que, dans quatre ans, quand les choses iront mieux, nous allions investir. C'est à l'opposé de la logique économique 101.»

Le PLC nouveau

Les deux candidats croient que le souvenir du scandale des commandites, qui a entraîné la perte du gouvernement libéral de Paul Martin, s'est estompé de la mémoire collective régionale.

«Le Parti libéral du Canada se reconstruit, résume Youri Rousseau. Nous, nous sommes le produit du nouveau PLC, avec des investitures ouvertes, donc, sans patronage, pas d'amis du parti parachutés dans le comté.»

Le parti «s'est beaucoup renouvelé, entre autres en raison du scandale des commandites», reprend Jean-Yves Duclos. À quelque chose malheur est bon, philosophe-t-il au sujet de ce chapitre noir de l'histoire du PLC. «Une bonne claque dans la face, de manière figurée, est souvent utile pour toutes sortes d'institutions, y compris les journaux, vous savez.»

Réduire le cynisme au Parlement

Moderniser la Loi sur l'accès à l'information pour notamment rendre publiques toutes les dépenses des députés, abolir la ligne de parti lors d'un vote et fournir au président de la chambre le droit de distribuer des sanctions si un député ne répond pas aux questions en chambre. Ces trois mesures sont mises de l'avant par les libéraux «pour réduire le cynisme de la population» à l'égard des politiciens, explique le candidat Youri Rousseau. «Pour nous qui voulons devenir députés, de savoir que ça ne serait pas archi partisan et qu'on puisse appuyer de temps à autre les projets de loi des autres formations, je trouve ça très intéressant.»

Aucune peur des réfugiés syriens

«Les gens me disent : "On veut accueillir du monde, mais on ne sait pas comment faire"», témoigne Youri Rousseau, qui rejette l'idée évoquée par le conservateur Pierre Paul-Hus selon laquelle les citoyens de la région ont peur d'accueillir des réfugiés qui fuient la Syrie. Selon l'ex-militaire de 39 ans, si certaines personnes sont craintives à l'égard des musulmans, c'est la faute au parti de Stephen Harper qui véhicule des messages négatifs auprès de ses partisans et sympathisants. La région de Québec pourrait accueillir environ 500 familles, selon les libéraux. «C'est à la hauteur de nos moyens et de notre capacité de compassion», souligne de son côté Jean-Yves Duclos.

Des troupes au sol contre l'EI

«Tu ne peux pas gagner contre le groupe État islamique [EI] en envoyant juste quelques pions ici et là. Il faut y aller à fond ou ne pas y aller», affirme Youri Rousseau. Le gouvernement de Stephen Harper fait semblant de s'occuper du problème, dénonce-t-il. «Le Canada fait présentement 2 % des bombardements avec six avions», illustre l'ex-militaire. Il croit que le pays doit rétablir son pouvoir d'influence afin de convaincre l'ONU de voter en faveur d'une importante mission de combat pour retrouver la paix. Cela inclut l'envoi de troupes au sol, dont celles des Forces armées canadiennes, dit le candidat qui reproche au premier ministre son approche «arrogante» qui consiste à ne pas serrer la main du dirigeant russe Vladimir Poutine. «Ça ne va pas nous aider à faire des ententes pour faire la paix», ironise-t-il.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer