Bureaux satellites : le NPD s'inspire des libéraux du scandale des commandites, accuse Lebel (test)

De passage à Québec, Denis Lebel (ici avec... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

De passage à Québec, Denis Lebel (ici avec le candidat conservateur dans Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, à gauche) a avancé que les néo-démocrates ont pigé «dans un budget pour desservir la population» et le détourner vers du travail pour le parti.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le lieutenant politique de Stephen Harper a profité de la mi-campagne électorale pour relancer les attaques contre les néo-démocrates qu'il accuse, avec leurs bureaux satellites, d'avoir mis sur pied un «stratagème» digne du scandale des commandites.

Au côté des candidats de la région de Québec, devant des pancartes orange (couleur du NPD) proclamant «Remboursez les Canadiens», le ministre fédéral Denis Lebel a repris un dossier que sa formation politique a tenté de catapulter dans l'actualité au déclenchement des élections, en juillet.

Cet hiver, le Bureau de régie interne du Parlement a ordonné que le Nouveau Parti démocratique rembourse de 2,7 millions $ utilisés pour des bureaux régionaux. La formation conduite par Thomas Mulcair conteste l'ordre en plaidant que les employés qui y sont affectés n'effectuent pas, selon elle, de travail partisan.

Joint à Montréal, le responsable des communications du NPD a rappelé que son parti conteste la décision devant les tribunaux. Marc-André Viau a aussi répliqué que le NPD n'a surtout pas à recevoir de leçons des conservateurs sur l'utilisation éthique des fonds publics, Dean Del Mestro ayant dû démissionner de son siège de député conservateur après avoir été condamné pour dépenses électorales illégales.

De passage à Québec, Denis Lebel a avancé que les néo-démocrates ont pigé «dans un budget pour desservir la population» et le détourner vers du travail pour le parti. Il a énuméré les sommes que les députés sortants du NPD à Québec auraient accaparé 190 000 $ illégitimement.

Pour l'ensemble du pays, «ils ont pris 2,7 millions dans les poches d'honnêtes payeurs de taxes» pour des bureaux satellites, y compris à Saskatoon, dans une province où il n'y a aucun député du NPD, a rappelé une nouvelle fois Denis Lebel.

«C'est la même affaire que les commandites», le scandale qui a terni l'image du gouvernement libéral de Jean Chrétien, au début des années 2000. «Il faut croire», a ironisé celui qui est de nouveau candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean, «que les néo-démocrates s'inspirent des bonnes vieilles méthodes libérales.»

Pas comme Mike Duffy

À ses yeux, le dossier des néo-démocrates est nullement comparable avec l'affaire Mike Duffy, sénateur en procès pour fraude. Dans un cas, il s'agit d'un individu; dans l'autre, d'un «stratagème» monté par un parti. Si Mike Duffy est «déclaré coupable, il remboursera», a laissé tomber M. Lebel.

Denis Lebel a jugé bon de revenir sur sujet des bureaux satellites parce que les électeurs sont peu attentifs durant l'été à la politique. Il s'est prudemment gardé de critiquer le travail de médias à cet égard.

Pas une «peur des migrants»

Denis Lebel s'est distancé des propos tenus la veille au Soleil par le candidat dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles.

Pierre Paul-Hus a affirmé qu'à Québec même, «les gens ont peur» d'accueillir sans restriction ceux qui fuient notamment la Syrie.

«Dans le monde de 2015, a expliqué le candidat, on voit que les migrants, ça fait peur aux gens parce qu'ils ne savent pas s'il y a des infiltrés de l'État islamique là-dedans.»

«Moi, je sens plus une préoccupation, a répondu le lieutenant du premier ministre sortant conservateur. Mes confrères peuvent avoir ressenti autre chose. Mais, comme vous le savez, je viens d'une région [le Lac-Saint-Jean] où l'immigration n'est pas tellement présente.»

Contrairement à ce qu'a laissé entendre son collègue Paul-Hus pour la capitale, Denis Lebel «n'entend pas beaucoup parler sur le terrain» de ce dossier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer