Élections fédérales: Couillard tient à rester neutre

Philippe Couillard et Kathleen Wynne... (PHOTO CLÉMENT ALLARD, ARCHIVES PC)

Agrandir

Philippe Couillard et Kathleen Wynne

PHOTO CLÉMENT ALLARD, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) La visite de son homologue ontarienne, Kathleen Wynne, ouvertement favorable au libéral Justin Trudeau, n'a pas convaincu Philippe Couillard de prendre position dans les élections fédérales. 
Au sortir d'une réunion conjointe des conseils des ministres québécois et ontarien, à Québec, le premier ministre Couillard a réitéré son intention de demeurer neutre dans la campagne.

«Chacun aborde la chose à sa façon, a indiqué M. Couillard. Je ne suis pas là pour donner des leçons à personne, et vice-versa. Il y aura un gouvernement fédéral, et ma responsabilité comme représentant de tous les Québec est d'agir de façon responsable avec le prochain premier ministre.»

Sa vis-à-vis est en conflit ouvert avec les conservateurs de Stephen Harper, notamment parce qu'ils s'opposent à la création d'un régime de retraite provincial en Ontario. Mme Wynne a répété hier son désir de travailler avec un «nouveau gouvernement fédéral». Mais elle dit qu'elle n'a pas songé à convaincre M. Couillard de l'appuyer dans sa lutte contre les conservateurs.

Par contre, les deux premiers ministres libéraux ont de concert insisté sur la nécessité qu'Ottawa facilite l'accueil de réfugiés syriens. M. Couillard assure que ses sorties publiques en ce sens ne visent pas à nuire aux conservateurs en campagne.

«La raison pour laquelle je suis intervenu, c'est une raison fondamentalement humaine, a insisté M. Couillard. Comme citoyen d'un pays immensément riche par rapport à ce que l'on voit se dérouler devant nos yeux à l'autre bout de la planète, on a le devoir d'ouvrir les bras et d'accueillir les gens. Cela ne doit pas se faire aux dépens de la sécurité, mais on a le devoir d 'agir rapidement.»

Autant M. Couillard que Mme Wynne s'oppose par ailleurs à l'abolition du Sénat proposée par le chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

Entente sur l'échange d'électricité

Le conseil des ministres conjoint a permis la signature d'une entente sur l'échange d'électricité entre les deux provinces. La demande énergétique est croissante en Ontario et il sera «payant» pour le Québec, qui dispose de surplus, de lui fournir de l'électricité, assure M. Couillard. Un autre protocole en matière de changements climatiques en vue d'instaurer un marché du carbone en Ontario a été ratifié. Les discussions ont aussi porté sur le logement social, la gestion de l'eau, les forêts, la protection de l'enfance, les régimes de pension, la sécurité ferroviaire et la culture.

La rencontre a été présentée par M. Couillard comme l'illustration du «projet moderne» de coexistence des peuples à travers le fédéralisme. «Et on la met en opposition à l'idée d'isolation, l'idée du passé que propose Pierre Karl Péladeau», a dit le premier ministre.

Il n'a par ailleurs pas voulu commenter l'avenue choisie par le chef péquiste pour ses actions de Québecor, sinon pour dire qu'elle est «clairement en deçà de ce qui est nécessaire».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer