Les «jours sombres» des sondages

Les Canadiens seront bombardés de sondages d'opinion jusqu'au... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les Canadiens seront bombardés de sondages d'opinion jusqu'au 19 octobre.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

Les campagnes électorales sont toujours imprévisibles, mais une chose est certaine: les Canadiens seront bombardés de sondages d'opinion jusqu'au 19 octobre.

Mais à quel point ces sondages sont-ils représentatifs?

Selon des statisticiens et des experts sondeurs, le secteur du sondage est en plein bouleversement.

Le nombre de firmes de sondage a augmenté de manière importante au cours des dernières années, ce qui, d'après Andrea Perrella, directrice de l'institut Laurier pour l'étude de l'opinion publique et de la politique, crée un environnement chaotique pour ces enquêtes, étant donné la variété - et la qualité - des méthodes utilisées pour collecter les opinions.

En fait, le secteur du sondage traverse «des jours sombres».

«De moins en moins de gens répondent aux sondages. Il n'y a plus de méthodologie unique et même dans les sondages téléphoniques les plus minutieusement menés, le taux de réponse est si bas que nous ne savons pas trop ce que ces non-répondants pensent.»

Il est, en outre, révolu le temps où la majorité des citoyens avaient une ligne téléphonique terrestre et où les firmes bénéficiaient que listes de participants qu'ils pouvaient appeler au hasard.

Aujourd'hui, les firmes doivent consacrer de plus en plus d'argent pour inclure les téléphones cellulaires dans leurs enquêtes, alors que d'autres centreprises bâtissent en ligne des groupes de gens qui se portent volontaires pour être sollicités pour des sondages, ce qui pose problème, selon certains experts, puisque ces participants ne sont pas sélectionnés aléatoirement. Par conséquent, les résultats de ces sondages ne respecte pas la loi de la probabilité.

Sébastien Dallaire de Léger Marketing n'est pas d'accord. La firme a bâti un bassin de 400 000 ménages dans lequel elle pige pour répondre à ses questions en ligne. Bien qu'il admette que tous les panels ne sont pas égaux, il soutient que son entreprise a créé une base de citoyens forte qui refèlete la population canadienne.

«Notre réputation tout entière repose sur le fait que l'on produit des résultats de qualité qui sont presque identiques aux réels résultats du jour de vote.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer