Un ancien du Parti vert revient au bercail après une tentative au Bloc

Jean Cloutier croit qu'il est possible d'être vert... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Jean Cloutier croit qu'il est possible d'être vert et indépendantiste, malgré le fait que le Parti vert soit fédéraliste.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Porte-bannière du Parti vert du Canada dans Louis-Saint-Laurent aux scrutins de 2008 et de 2011, Jean Cloutier a échoué à sa tentative de représenter le Bloc québécois dans cette même circonscription pour celui du 19 octobre. Qu'à cela ne tienne, il essayera quand même de battre le conservateur Gérard Deltell, mais de nouveau pour la formation d'Elizabeth May.

«Jamais deux sans trois», lance le coloré personnage au bout du fil. M. Cloutier s'est fait confirmer en fin de journée jeudi ce qu'il savait depuis le début de la semaine : sa candidature au Bloc québécois a été rejetée, puisqu'il n'est pas parvenu à récolter le nombre de signatures requises alors que la moitié d'entre elles ont été refusées. Son concurrent dans la course à l'investiture qui devait se tenir le 29 août, l'avocat spécialisé en droit municipal, Ronald Sirard, a été élu par acclamation. 

 «C'est sûr que si le Bloc avait voulu avoir l'ancien chef du Parti vert [du Québec], d'avoir un porte-

parole vert dans la région, il l'avait entre les mains», a déploré

M. Cloutier, qui aurait préféré qu'on le nomme candidat plutôt que de le faire passer par le processus d'investiture. 

Ne faisant ni une ni deux, il a aussitôt déclaré qu'il quittait le parti de Gilles Duceppe et qu'il tenterait de réintégrer le Parti vert du Canada (PVC) pour lequel il s'est présenté aux deux dernières élections. «C'est comme avec un conjoint, quand on ne se sent pas désiré, c'est peut-être mieux d'arrêter de montrer de l'intérêt», explique celui qui se dit à la fois indépendantiste et vert tout en plaidant que ces deux allégeances ne sont pas inconciliables. Il croit de toute façon que ce soit pour le Bloc ou le PVC, l'objectif est le même, soit celui de battre le conservateur et ex-caquiste Gérard Deltell. 

Peu d'intérêt de son adversaire

Son adversaire dans l'investiture et qui pourrait bien l'être dans la circonscription, Ronald Sirard pense «bien peu de choses» de la décision de M. Cloutier. «Je croyais que le Parti vert était fédéraliste», a-t-il simplement laissé tomber tout en lui souhaitant bonne chance. 

M. Sirard a d'abord voulu représenter les électeurs de Thérèse-De Blainville dans les Laurentides, mais a déclaré forfait en raison d'un conflit d'horaire le jour de l'investiture. Le résident de Québec enseigne à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) aux pavillons de Lévis et de Trois-Rivières et travaille comme avocat spécialisé en droit municipal pour le bureau Picard-Sirard-Poitras. En 2012, il avait critiqué le maire de Québec, Régis Labeaume, le qualifiant de «Don Quichotte des relations de travail municipales» dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien La Presse. Aujourd'hui, il croit que le premier magistrat de la ville s'est rangé.

Le candidat bloquiste dit avoir hâte de débattre avec M. Deltell, qui ne semble pas comprendre, selon lui, que Québec pourrait devenir la capitale d'un pays. «C'est des dizaines de milliards de dollars qui pourraient être amenés ici», soutient le juriste, qui croit être en mesure de défaire celui considéré comme une vedette dans les troupes de Stephen Harper au Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer