Exclusif

Michèle Audette candidate libérale dans Terrebonne

Michèle Audette est connue pour avoir porté à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Michèle Audette est connue pour avoir porté à travers le pays et jusque devant l'Organisation des Nations Unies la cause des femmes autochtones disparues ou assassinées au Canada.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Surprise chez les libéraux. Malgré sa défaite à l'investiture dans Manicouagan sur la Côte-Nord, Le Soleil a appris que Justin Trudeau fera confiance à la leader autochtone Michèle Audette, dans Terrebonne.

La candidature de l'ex-présidente l'Association des femmes autochtones du Canada doit être officialisée aujourd'hui. «Oui, c'est vrai que j'ai accepté ce grand défi», a confirmé la principale intéressée qui honorait depuis mai, un mandat pour l'École nationale d'administration publique de Québec (ENAP). 

«Il y a un momentum où il faut relever nos manches et se serrer les coudes pour faire un réel changement et tasser le gouvernement conservateur et M. [Stephen] Harper», martèle déjà la Métisse de Uashat mak Mani-Utenam, près de Sept-Îles. Michèle Audette entend être à pied d'oeuvre dans Terrebonne à compter de lundi. 

«Je veux rencontrer le plus de gens, c'est ça, ma force, c'est ce que j'aime», lance Mme Audette, même si elle convient que le pari est à risque. En 2011, la vague orange a déferlé sur Terrebonne-Blainville (avant le redécoupage), délogeant le Bloc québécois et laissant un faible 8,5 % au Parti libéral du Canada. 

«Ce sont des faits dans l'histoire politique, mais cela ne m'empêche pas, et ne me fait pas peur, d'aller vivre cette expérience-là au maximum. C'est de dire aux gens : "On vous offre un choix, un plan, alors faites-moi confiance"», assure la femme de 44 ans. 

Le sondage CROP-Le Soleil-La Presse dévoilé jeudi et donnant une large avance au Nouveau Parti démocratique au Québec ne fait pas non plus broncher la libérale, à l'aube de son saut dans l'arène politique. «Ce que vont dire les sondages, ça peut peut-être influencer les gens, mais sur le terrain, il ne faut pas se laisser avoir, il faut continuer», affirme-t-elle. 

Visage bien connu des médias, notamment pour avoir porté à travers le pays et jusque devant l'Organisation des Nations Unies la cause des femmes autochtones disparues ou assassinées au Canada, la candidate vedette confie qu'elle «ne serait pas surprise» d'être sollicitée sur différentes tribunes «pour faire connaître le plan et les valeurs» du parti.

«Conseillère spéciale»

Michèle Audette n'est d'ailleurs jamais restée bien loin du Parti libéral du Canada après avoir perdu sa bataille à l'investiture dans Manicouagan, en mars. Plus récemment, elle a participé «à titre de conseillère spéciale» à l'élaboration et à l'analyse de la promesse de Justin Trudeau d'injecter 3,3 milliards $ de plus sur quatre ans dans l'éducation autochtone. 

Questionnée à savoir si sa présence en politique pourrait stimuler le vote chez les Autochtones, Michèle Audette répond qu'elle l'espère. «Je me vois comme une citoyenne qui a envie de faire partie d'un changement, si ça peut aider les gens à se mobiliser, à se rassembler, tant mieux», exprime la candidate, née d'un père québécois et d'une mère innue. «Je porte deux grandes nations en moi, je suis choyée en termes de culture et on devrait faire confiance à des gens comme moi pour faire partie des changements qu'on demande», poursuit-elle. 

Michèle Audette a tenu la barre de l'Association des femmes autochtones du Québec, avant d'être nommée sous-ministre associée responsable du Secrétariat à la condition féminine du gouvernement du Québec en 2003. En 2012, elle prend les rênes de l'Association des femmes autochtones du Canada. 

L'inaction du gouvernement Harper dans le dossier des crimes contre les femmes des Premières Nations au pays l'incite à tenter le saut en politique, en 2014. Pendant la campagne 2015, Michèle Audette se retire de l'ENAP où elle participe à la mise en place d'un programme d'études consacré à l'administration publique autochtone. 

Dans Terrebonne, la libérale fera face à un autre candidat vedette, cette fois chez les conservateurs, Michel Surprenant, le père de Julie Surprenant, disparue en 1999. Une lutte où les valeurs pourraient se recouper, M. Surprenant étant cofondateur avec Pierre-Hugues Boisvenu de l'Association des familles des personnes assassinées ou disparues. 

Terrebonne est aux mains de la néo-démocrate Charmaine Borg depuis 2011. Michel Boudrias y défend également les couleurs du Bloc québécois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer