Sondage CROP: le NPD loin devant au Québec

Le chef conservateur Stephen Harper a été chaudement... (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

Le chef conservateur Stephen Harper a été chaudement accueilli mercredi à London, en Ontario. Son parti peine cependant toujours à faire sa marque au Québec, lui qui vient au quatrième rang dans les intentions de vote des électeurs, à 13 %.

La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Si l'arrivée de Justin Trudeau sur la scène fédérale avait fait mal au Nouveau Parti démocratique (NPD) depuis deux ans, force est de constater que le parti de Thomas Mulcair en est complètement remis. Le dernier sondage CROP-Le Soleil-La Presse donne au NPD 47 % des intentions de vote au Québec (après répartition des indécis) et laisse entrevoir une vague orange au moins aussi forte, sinon plus, que celle qui a déferlé en 2011.

Si l'arrivée de Justin Trudeau sur la scène... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Meilleur premier ministre... (Infographie Le Soleil) - image 1.1

Agrandir

Meilleur premier ministre

Infographie Le Soleil

Mené auprès de 1000 répondants du 12 au 17 août, le coup de sonde donne pas moins de 27 points d'avance aux néo-démocrates à l'échelle du Québec, loin devant les libéraux, qui ne récoltent plus que 20 % de la faveur populaire. Pas plus tard qu'en avril dernier, les deux partis étaient nez à nez, bénéficiant chacun d'environ 30 % des appuis. Le NPD s'est ensuite détaché du Parti libéral par une quinzaine de points en mai et en juin, puis a creusé l'écart encore davantage.

Ces résultats s'inscrivent dans la même lignée que d'autres sondages parus ces derniers jours. Une enquête de la firme Abascus Data a trouvé un appui de 47 % du NPD au Québec en début de semaine, et un sondage Léger Marketing donnait en fin de semaine un avantage confortable - par 40 à 21 - à la formation de Thomas Mulcair sur le Parti libéral du Canada.

Aux yeux de 41 % de Québécois, c'est Thomas Mulcair qui ferait le meilleur premier ministre du Canada, loin devant Justin Trudeau (15 %) et Stephen Harper (13 %).

«C'est plus fort encore qu'en 2011 [alors que le NPD avait raflé 43 % des voix, NDLR], dit Youri Rivest, sondeur chez CROP. «Dans la mesure où on a quatre partis compétitifs au Québec, qu'un seul obtienne presque la moitié des voix, c'est spectaculaire. [...] Après la première vague orange, au début on n'y croyait pas trop, ensuite on s'est dit : bah, les Québécois sont irrationnels, ils ont été séduits par Jack. Mais là, si le NDP le fait une deuxième fois, on ne peut plus dire que c'est irrationnel. C'est qu'il y a vraiment eu un changement fondamental dans l'électorat.»

«Après la première vague orange, au début on n'y croyait pas trop, ensuite on s'est dit : bah, les Québécois sont irrationnels, ils ont été séduits par Jack [Layton]. Mais là, si le NDP le fait une deuxième fois, on ne peut plus dire que c'est irrationnel. C'est qu'il y a vraiment eu un changement fondamental dans l'électorat.»

Youri Rivest
sondeur chez CROP

Partis marginalisés

«La joute politique au XXe siècle s'est beaucoup jouée sur le thème de la nation, ajoute M. Rivest. Le Bloc québécois disait : "Vous êtes Québécois, donc votez pour nous", le Parti libéral répondait : "Non, c'est une élection fédérale, alors votez pour nous". Et ces deux partis là se trouvent marginalisés aujourd'hui.»

Pour le Bloc, en effet, il semble que l'«embellie Duceppe» aura été de très courte durée : à 16 % d'appui, le parti est retourné à ses niveaux d'avant juin, quand le retour de Gilles Duceppe à sa tête l'avait momentanément fait remonter au deuxième rang, avec 25 % des intentions de vote.

Les conservateurs, quant à eux, ferment encore la marche, avec 13 % des intentions de vote.

Fait intéressant, si les élections avaient lieu ce matin, la région de Québec n'échapperait pas à la vague orange, malgré ses penchants historiques pour la droite. CROP a mesuré 45 % d'appui pour le NPD dans la région, contre 23 % pour les conservateurs, 18 % pour les libéraux et 13 % pour les bloquistes. Il faut toutefois souligner, ici, que le sous-échantillon régional est plus faible (202 répondants) que pour l'ensemble du Québec, et que l'on doit donc interpréter ces résultats avec prudence.

Provincial: le PLQ en tête

Au niveau provincial, tous les partis sont retournés à leur niveau du printemps dernier, juste avant que Pierre Karl Péladeau ne soit élu à la direction du Parti québécois (PQ). Le Parti libéral de Philippe Couillard obtient 33 % de la faveur populaire, le PQ 29 %, et la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, 23 %.

L'arrivée de «PKP» à la tête du PQ, à la mi-mai, avait érodé les appuis de la CAQ jusqu'à 17 %, et propulsé ceux du PQ jusqu'à 34 %, mais il semble que l'effet Péladeau se soit estompé.

M. Péladeau (23 %) est toutefois virtuellement à égalité avec M. Couillard (24 %) comme celui qui ferait le meilleur premier ministre pour le Québec. Et l'insatisfaction à l'égard du gouvernement Couillard, si elle a reculé de sept points depuis le début de l'été, reste relativement élevée, à 55 %.

=> Méthodologie

La collecte de données en ligne s'est déroulée du 12 au 17 août au moyen d'un panel web. Au total, 1000 questionnaires ont été complétés. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer