Expansion de la réserve de l'armée canadienne: 300 emplois à Québec

Les Voltigeurs de Québec... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les Voltigeurs de Québec

Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) L'expansion de la réserve de l'armée canadienne promise cette semaine par les conservateurs se traduirait à Québec par plus de 300 emplois à temps partiel pour les jeunes et jusqu'à 400 dans l'est de la province.

C'est du moins le calcul que fait le président de la fondation des Voltigeurs, le brigadier général à la retraite Marc-André Bélanger, qui se dit enchanté par l'engagement électoral pris lundi par le chef du Parti conservateur, Stephen Harper.

Le premier ministre sortant a annoncé que s'il était réélu le 19 octobre, il ferait grossir les rangs de la réserve des Forces canadiennes de 24 000 à 30 000 membres et qu'il prendrait aussi des mesures pour simplifier et raccourcir leur processus de recrutement. De la musique aux oreilles pour celui qui a été commandant de la réserve dans la province puisqu'il s'agit d'une demande de longue date dans les rangs de l'armée. De Québec à Matane, il y a une dizaine de régiments de réservistes. Pour l'ensemble d'entre eux, c'est jusqu'à 700 emplois qui pourraient être créés, affirme-t-il.

«Pour ces jeunes-là, ça fait de l'argent pour payer leurs études. Et s'ils ne veulent pas poursuivre leur parcours scolaire, ils vont apprendre des métiers comme ceux de chauffeurs, de cuisiniers et de fantassins, se réjouit M. Bélanger. Ça ne coûte pas cher au Canada pour former des jeunes, c'est payant pour la société.» L'investissement à Québec serait de l'ordre d'environ 1 million $, dit-il.

De surcroît, l'armée fabrique «des chefs» et enseigne le leadership, une qualité rare dans la province, selon lui. «Ils savent c'est quoi un boss, ils comprennent l'importance de se dépasser», illustre l'ancien militaire. Et en cas de conflit comme celui de l'Afghanistan, la main-d'oeuvre est disponible et déjà à 60 % formée.

Si le régiment des Voltigeurs est apolitique, le président de la fondation ne cache pas son affinité pour la formation de Stephen Harper. Marc-André Bélanger affirme que le chef conservateur a accédé à toutes ses demandes, dont la reconstruction du Manège militaire qui doit être terminée en 2017.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer