Peu d'échos à Québec de la charge anti-conservateurs des anciens combattants

Stephen Harper rencontrant des anciens combattants.... (Photo d'archives)

Agrandir

Stephen Harper rencontrant des anciens combattants.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Des anciens combattants ont lancé la charge contre le gouvernement conservateur, invitant les Canadiens à voter pour n'importe qui sauf les troupes de Stephen Harper. Mais ce mouvement fait peu de vagues à Québec, selon la Légion royale canadienne qui représente des vétérans de la région.

La campagne «N'importe qui sauf les conservateurs» («ABC: Anything but Conservatives») a été officiellement lancée lundi à Sydney en Nouvelle-Écosse devant un des neuf bureaux des anciens combattants qui ont été fermés au cours des dernières années. Ron Clarke, qui a consacré sa vie à l'armée, s'est beaucoup battu pour éviter cette fermeture et promettait déjà l'an dernier de tout faire pour empêcher la réélection des conservateurs. 

Selon lui, le gouvernement de Stephen Harper n'a fait que sabrer les dépenses destinées aux «héros canadiens», et ce, afin de récupérer l'argent pour servir ses propres intérêts. En entrevue téléphonique au Soleil, il cite en exemple la fermeture des bureaux d'anciens combattants et les 4,5 millions $ dépensés pour une publicité diffusée lors d'une partie de hockey vantant le travail d'Ottawa pour aider les anciens soldats. «Ils ont coupé dans nos programmes pour balancer leur budget», dénonce celui qui n'hésite pas à qualifier le premier ministre sortant de «dictateur».

M. Clarke et son équipe cibleront une quinzaine de circonscriptions à l'échelle du pays où les résultats pourraient être serrés afin d'empêcher l'élection d'un conservateur, mais promettent, comme le nom de sa campagne l'indique, de ne pas favoriser un parti plutôt qu'un autre. Selon lui, plus d'un million de personnes ont manifesté leur appui tandis qu'il y aurait environ 300 000 vétérans au pays.

Services méconnus

Le président de la section Québec de la Légion royale canadienne, Claude Racine, affirme qu'il n'y a pas d'échos de cette initiative dans la région - qui compte environ 6000 vétérans - d'autant plus qu'aucun bureau n'y a été fermé. Celui qui représente plus de 250 membres dans la région et 13 000 dans la province précise qu'il est «apolitique» et qu'il ne s'immisce pas dans la campagne fédérale. 

Malgré cela, il tient toutefois à souligner qu'il y a désormais «beaucoup de services» pour les vétérans, et ce, depuis la nouvelle charte pour les anciens combattants adoptée en 2006. «Mais le problème, c'est que beaucoup ne le savent pas!» se désole-t-il. Un événement organisé par le bureau de l'ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces canadiennes a attiré 23 personnes, illustre M. Racine. Pourtant, une salle d'une capacité de 500 personnes avait été louée. 

«Ça doit être une minorité qui chiale parce qu'ils ne savent pas ce à quoi ils ont droit», avance le président au sujet de la campagne contre Stephen Harper. Il assure que s'il y avait eu des mécontents, il en aurait entendu parler.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer